1473

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Michael Sadler
(chant+claviers)

-Jim Crichton
(basse)

-Jim Gilmour
(claviers+chant)

-Ian Crichton
(guitare)

-Christian Simpson
(batterie)

TRACKLIST

1)On The Air
2)Keep It Reel
3)I'm Back
4)If I Were You
5)Outside Looking In
6)Don't Look Now
7)Live At Five
8)Back Where We Started
9)Believe
10)Don't Make A Sound

DISCOGRAPHIE


Saga - Network
(2004) - pop prog - Label : SPV



Saga est de retour !! Inutile de dire que voir débarquer Network aussi rapidement, un an et demi après Marathon, n'était pas une perspective très excitante tant ce dernier était décevant. On pouvait craindre un nouvel album bâclé, enregistré à la va-vite ! Il n'en est rien. Sur Network, Saga s'offre une renaissance comparable à celle qui avait eu lieu sur The Security Of illusion il y a onze ans. Le départ de Steve Negus, qui avait causé tant de tort à Saga après Behaviour il y a de ça 18 ans, avait de quoi inquiéter à nouveau !

Mais ici, non, son départ est même profitable au groupe. Ses parties de batterie sur Generation 13 resteront inoubliables, mais sur Marathon, son jeu ne m'avait pas vraiment emballé. Comme le groupe me l'a avoué pendant une interview, c'était dû au fait que Marathon avait été fait essentiellement sur Internet (échange de fichiers, d'idées de compos par mail, et peu de répéts). Pour Network, Saga s'est remis à répéter normalement et le nouveau batteur, Christian Simpson, s'adapte sans problème au style Saga. Son arrivée permet aussi de moderniser le son du groupe et d'insuffler une nouvelle dynamique, ils en avaient grandement besoin. Network sonne bien mieux que Marathon, la différence est impressionnante.

Musicalement en tout cas, hormis la fraîcheur apportée par le nouveau batteur, il ne faut pas s'attendre à du neuf. Saga fait du Saga, et il le fait bien, dans la lignée des trois albums précédents. Network est donc rassurant, même si on est loin d'atteindre le niveau des Full Circle et House Of Cards. Dès l'entame d'"On The Air", un des moments forts de ce Network, on se croirait replongé dans les belles heures de Silent Knight, avec une rythmique et une mélodie rappelant "Don't Be Late". "Keep It Reel" est entraînante, technique et heavy, avec quelques nappes de claviers bien senties. Bref, on n'est pas loin de retrouver le grand Saga ! En cela, Network rappelle Security Of Illusion pour l'énergie qui s'en dégage, sur quelques titres comme "Don't Look Now" ou "Live At Five". Ces deux albums ont également en commun de n'avoir rien d'exceptionnel, hormis quelques moments de bravoure à droite à gauche: "On The Air" donc, qui a tout d'un classique et "Don't Make A Sound". Ces deux titres ont d'ailleurs une dimension épique que n'ont pas les autres. Enfin, la superbe ballade "Outside Looking In" paraîtra sûrement banal à certains, mais ses mélodies me laissent sur le cul à chaque fois, Saga est toujours aussi à l'aise dans ce registre.

Sur Security Of Illusion, c'était Ian Crichton qui occupait le haut de l'affiche avec sa guitare en furie ; Jim Gilmour était davantage en retrait. Sur Network, c'est le contraire, Jim Gilmour est en pleine forme, ses claviers sont bien un des points forts de l'album. Il brille à chaque intervention, que ce soit au piano (la ballade "Believe", un peu fleur bleue peut être, l'intro de "Don't Look Now"), aux synthés ("Don't Make A Sound") et au chant ("Back Where We Started"). Ian Crichton se contente d'assurer son boulot convenablement, mais on l'a connu plus inspiré. Ses parties heavy et ses cavalcades techniques n'impressionneront pas autant cette fois-ci.


Les quatre premiers albums de Saga étaient grosso modo dans le même style, les quatre derniers le sont aussi. Maintenant, il est peut être temps pour eux de songer à passer à autre chose. Je ne parle pas d'un Pleasure And The Pain bis non plus, mais de quelque chose de plus osé et expérimental, tout en restant raisonnable quand même. Malgré plusieurs lourdeurs de composition, Saga a bien rempli son contrat avec Network, mais je pense pas qu'ils pourront continuer éternellement à sortir des albums de qualité en restant bloqués dans le même moule.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5