1468

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 14 décembre 2007
Sa note : 15/20

LINE UP

-Sal LoCoco
(chant)

-Lorenzo Antonucci
(guitare)

-Jamie Hunt
(guitare)

-Sid Caballero
(basse)

-Jerad Buckwalter
(batterie)

TRACKLIST

1)Ignorance
2)Time To Rage
3)A Place Of Solace
4)Weather The Storm
5)Destroyer
6)The American Way
7)Fear For Failure
8)No End To This Nightmare
9)Talk Is Cheap
10)Said And Done

DISCOGRAPHIE


Sworn Enemy - Maniacal
(2007) - hardcore thrash metal - Label : Century Media




Le thrash serait-il en train de redevenir furieusement à la mode outre-Atlantique ? Le genre semble attirer pas mal de nouveaux venus plutôt doués ces derniers temps, comme ici les New Yorkais de Sworn Enemy, gang formé en 1997 mais jusque là adepte du hardcore. Et autant annoncer la couleur : une recrue comme ça, ça s'arrose !




Pas besoin de beaucoup de temps pour s'apercevoir qu'on tient ici une véritable perle. Juste le temps de se prendre "Ignorance" dans les gencives en fait. Sworn Enemy nous expose sa vision relativement moderne du thrash : riffs véloces plutôt old school pour le coup, parties de batterie assez éloignées des standards 80's faisant régulièrement recours à la double pédale, et cassures de rythme grâce à des riffs extrêmement pesants hérités de son passé hardcore. On pense parfois à Destruction pour les passages rapides, et beaucoup au Exodus récent dans la globalité, avec néanmoins deux différences notables. Premièrement, Sworn Enemy nous prouve que le chant hardcore peut très bien se marier au thrash, à condition de choisir un bonhomme avec une bonne dose de groove et non une buse comme Rob Dukes. Ensuite, il démontre que pour un maximum d'efficacité, il vaut mieux éviter d'étirer inutilement les structures. Le gang semble avoir fait sienne la devise de l'OM : Droit au but. 10 titres expédiés en même pas 35 minutes, et pas mal de bombes particulièrement dévastatrices à l'image du single évident "Time To Rage", véritable concentré de nitroglycérine expédié en 2 minutes 30.

Maniacal semble séparé en deux parties assez distinctes. La première voit Sworn Enemy combiner habilement thrash et hardcore avec une efficacité redoutable. "A Place For Solace", une des rares compos qui franchissent la barre des 4 minutes au compteur, est un véritable appel au headbanging avec son riff syncopé et ses accélérations furieuses. "Weather The Storm" se situe un peu dans la même veine, tandis que "Destroyer", plus old school, donne envie de hurler « My Life, My Destiny » de concert avec l'excellent Sal LoCoco. On retrouve moins cette impression de folie furieuse au cours d'une seconde moitié orientée hardcore beaucoup plus pesante. On dirait que les New Yorkais n'ont pas osé opérer un virage complet qui aurait sûrement déboussolé les fans déjà acquis via les deux premiers opus. Certes, ils démontrent un savoir-faire indéniable en la matière comme sur "American Way", mais ne parviennent pas tout à fait à éviter un certain sentiment de lassitude lié à des compos un poil plus linéaires. "Talk Is Cheap" vient donc redonner un petit coup de fouet pour relancer un peu la machine, malgré une efficacité un peu moindre que sur le début de l'album. Néanmoins, on sent chez Sworn Enemy un potentiel considérable qui ne demande qu'à être confirmé.


Alors oui, Sworn Enemy n'a pas inventé la poudre, et Maniacal est un album qui vous aura tout dévoilé en 4 ou 5 écoutes. Mais qu'est ce que c'est bon ! Alors si vous êtes à la recherche d'une bonne dose de thrash/hardcore pour vous payer une bonne séance de déboîtage de cervicales, ne passez surtout pas à côté de cette pépite très prometteuse. Vivement la suite !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7