1463

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Michael Sadler
(chant+claviers)

-Jim Crichton
(basse)

-Jim Gilmour
(claviers+chant+saxo)

-Ian Crichton
(guitare)

-Steve Negus
(batterie)

TRACKLIST

1)The Flyer
2)Catwalk
3)The Sound Of Strangers
4)The Writing
5)Intermission
6)Social Orphan
7)The Vendetta (Still Helpless)
8)Scratching The Surface
9)The Pitchman

DISCOGRAPHIE


Saga - Heads Or Tales
(1983) - pop prog - Label : Polydor



Heads Or Tales, en voilà un album qui divise les foules. Alors que tous les albums précédents semblaient faire l'unanimité, Heads Or Tales est à la fois ridicule pour les uns et totalement jouissif pour les autres. Inutile de dire que je me place dans cette seconde catégorie. Précisons quand même que le style plus moderne emprunté par Saga n'a pas super bien vieilli, surtout pour les sonorités des synthés, carrément kitsch par moments ("Social Orphan" en est le meilleur exemple).

Heads Or Tales est avec le premier album celui qui a le moins bien vieilli dans l'âge d'or du groupe, s'étalant de 1978 à 1985. La guitare est plus effacée au profit des claviers ce qui permet au groupe de travailler davantage sur les ambiances, sans perdre pour autant toute l'énergie des débuts. Bien au contraire, celle-ci s'en trouve même décuplée !

Heads Or Tales est l'album des excès : plus de synthés, plus de vitesse, plus de technique... Tout n'est pas parfait ceci-dit ! Si on reste objectif, ce n'est pas le meilleur album, mais que voulez-vous, malgré ses quelques défauts, les nombreuses chansons pleines d'entrain font de Heads Or Tales l'album préféré de certains fans, dont moi.
Saga a tendance à abuser un peu sur la technique de ses parties instrumentales, ce qui ne les rend pas toujours très intéressantes, comme celles de "The Sound Of Strangers" et "The Writing", très rythmées et fun, mais d'un intérêt musical limité. Étrange car jusque là, Saga avait toujours su poser un juste équilibre entre musicalité et technicité. Difficile en tout cas de résister au rythme disco de "The Vendetta (Still Helpless)" ou aux envolées vocales de Michael Sadler sur "The Flyer" et "The Writing". Les nappes de claviers sur "Catwalk", accompagnés d'un saxophone très "années 80", un vrai régal, surtout sur la version longue disponible sur l'édition remasterisée qui fait bien durer le plaisir. Le style est un peu plus pop qu'avant (et il le sera davantage sur Behaviour), et dans ce genre de musique où tout est à fond, hyper dynamique, Heads Or Tales est bien meilleur qu'un Asia par exemple (je ne parle même pas du chant).

Ian Crichton a une façon particulière de jouer les solos, en faisant couiner sa guitare bruyamment tout en restant mélodieux, ce qui ajoute encore plus de pêche à ce disque bien entendu (sur "The Flyer" et "Catwalk" notamment). "The Vendetta (Still Helpless)", sorte de disco mélancolique (!!??), monte en puissance de façon spectaculaire, grâce à l'utilisation de la batterie électronique dans un premier temps, avant de voir débouler le solo et la vraie batterie cette fois-ci... Attention, ça groove comme jamais. Il y a bien le très sombre "Intermission", sur lequel les synthés ajoutent une atmosphère spéciale, et le plus joyeux "Scratching The Surface" (chanté par le claviériste Jim Gilmour) pour souffler un peu. Finalement, seul "Social Orphan" est plus faible que le reste, à cause de synthés et de saxos "80's" assez lourds à digérer. Et encore, "Social Orphan" est plutôt pas mal, si on met de côté ces sonorités vieillottes.

Pour terminer, "The Pitchman", morceau dansant et plus rock que le reste, est une fois de plus un vrai bonheur, avec un final grandiose, peut-être un peu excessif, où tout le monde joue à fond : guitare et claviers galopent ensemble dans une course contre la montre, accompagnée de parties de batterie démentielles. C'est sur cet album que Steve Negus se lâche comme jamais et il est bien mis en valeur niveau son.


Heads Or Tales sonne toujours aussi bien, à condition de ne pas être allergique aux synthés de cette époque, plus présents ici que sur n'importe quel album de Saga. Un album à réserver aux fans purs et durs, les autres devraient mieux commencer par Silent Knigths, Worlds Apart ou Behaviour, qui sont les meilleurs albums du Saga première période.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1