1449

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 12 décembre 2007
Sa note : 15/20

LINE UP

-Serj Tankian
(tout)

+ guests

TRACKLIST

1)Empty Walls
2)The Unthinking Majority
3)Money
4)Feed Us
5)Saving Us
6)Sky Is Over
7)Baby
8)Honking Antelope
9)Lie Lie Lie
10)Praise The Lord And Pass The Ammunition
11)Beethoven's Cunt
12)Elect The Dead

DISCOGRAPHIE


Tankian, Serj - Elect The Dead



Peu d'artistes (a fortiori d'artistes métal) auront généré autant de fascination en si peu de temps que Serj Tankian. Instantanément célébré pour sa technique vocale autant que pour son impact émotionnel, ses textes emprunts de poésie absurde et son engagement politique dans et en dehors de System Of A Down ont depuis composé un tableau très flatteur. L'homme étant doté d'un véritable univers artistique, un disque comme Elect The Dead dans lequel il est seul maître à bord provoque en toute logique la curiosité.

Une chose est d'ores et déjà certaine : un album avec Tankian au micro est forcément sublimement chanté. Aucun faux pas, aucun signe de faiblesse du grand Serj qui est toujours autant doué pour l'intensité dramatique que pour la colère... même si les délires vocaux et modulations incessantes du bonhomme sont aux abonnés absents. Il n'utilise même pas son chant agressif et réussit ainsi à mettre toute sa furie dans les refrains de "Saving Us" (entre autres) au niveau de l'interprétation et pas de la technique. En parlant de délires, les digressions musicales chères aux fans de SOAD sont également peu présentes sorti du très réussi passage de piano-bar de "The Unthinking Majority" et du passage d'opérette de "Sky Is Over". Il y a aussi "Praise the Lord And Pass The Ammunition", un titre clairement expérimental voire à la limite de l'avant-garde... dissonant, bourré de ruptures et d'instruments incongrus : avec "Beethoven's Cunt" il tranche radicalement avec les compos si directes du reste de l'album. Car la couleur musicale générale confirme ce qu'on avait cru deviner depuis Toxicity : Tankian est un fan de musique européenne en général et de pop en particulier.

Malakian et Tankian l'ont dit tous les deux : l'impact du chanteur dans le côté purement musical de System s'est amplifié au cours des ans, alors même que le guitariste mettait de plus en plus son grain de sel dans les textes (et les voix). À l'écoute d'Elect The Dead l'évolution entre le premier album de System et Mesmerize / Hypnotize semble totalement naturelle : l'album solo de Serj semble à première vue dénué des influences orientales, des riffs directs et de la tendance au partage en couille propres à Daron Malakian... par contre il est franchement orienté vers la mélodie, les structures simples et les enchaînements d'accords qui ont rendu la musique de SOAD de plus en plus radio-friendly. Le coeur est pop mais l'emballage reste métal : si les moments de douceur pure sont légion les passages violents ne manquent pas non plus, un titre comme "Baby" liant fort bien les deux. Le piano est très présent, soit en tant que base ("Sky Is Over", "Honking Antelope"), soit comme instrument principal comme sur l'intro de "Lie Lie Lie", un des rares titres à proposer une dose conséquente de dérision (le chant nasal est irrésistible).

Cette compo illustre à merveille la qualité numéro un d'Elect The Dead : il est impossible de se débarasser d'un thème made in Tankian ! Attendez-vous à fredonner les chansons de l'album un bon bout de temps... de ce côté l'album est à la limite de l'imparable. La variété des arrangements ainsi que le balancement constant entre énervement et émotion permet de s'enfiler la totalité de l'album sans lassitude : la piano-ballade "Elect The Dead" le clôt d'ailleurs sur une touche de mélancolie pure fort bienvenue. On n'avait jamais entendu Tankian autant jouer sur le côté hypnotique et traînant de sa voix et le résultat est vraiment beau même si tout ça fait très « titre de fin d'album ». Le talent de Tankian est au final très ciblé : on ne peut que constater à quel point il est balaise dans sa catégorie, à savoir la mélodie directe et simple qui laisse des traces. Mais comme il est impossible de ne pas comparer cet effort solo à la discographie de SOAD, on notera tout de même que c'est quand son talent de mélodiste est associé au sens de la puissance et du pétage de plomb propre à Malakian que Tankian donne le meilleur de lui-même.


Très peu de doublons avec des chansons de SOAD sur ce CD (à part peut-être les arpèges de "Saving Us" qui rappellent "Soldier Side") mais une réelle performance de compositeur qui prouve que Tankian est un artiste et multi-instrumentiste de grand talent. Les fans de l'orientation plus mélodique des derniers System seront comblés, et ceux qui n'aiment pas la voix de Malakian le seront encore plus. Les amateurs d'agressivité et de délires vocaux Pattoniens resteront par contre sur leur faim. On ne peut pas tout avoir semble-t-il...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2