1446

CHRONIQUE PAR ...

24
Crafty
Cette chronique a été mise en ligne le 12 décembre 2007
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Stuart Braithwaite
(guitare+chant)

-John Cummings
(guitare)

-Barry Burns
(claviers+guitare)

-Dominic Aitchison
(basse)

-Martin Bulloch
(batterie)

TRACKLIST

1) Auto Rock
2) Glasgow Mega-Snake
3) Acid Food
4) Travel Is Dangerous
5) Team Handed
6) Friend Of the Night
7) Emergency Trap
8) Folk Death 95'
9) Chose Horses
10) We're No Here

DISCOGRAPHIE


Mogwai - Mr. Beast



Depuis My Father, My King en 2001, Mogwai a complètement délaissé les compositions longues et complexes, tout au plus un titre au-dessus de huit minutes, mais sinon, plus rien. L'évolution sans doute, après tout Happy Songs était quand même un sacré album, une des références du post-rock burné, et ce à jamais, alors seuls quelques progueux en manque pourraient éventuellement blâmer les Ecossais.

Et ils seraient bien en tort, car s'il est vrai qu'en trois ans Mogwai s'est fait très rare, ils ont pris le temps d'évoluer, de changer leur approche, et venir nous livrer un album varié et dépaysant (pour les fans du groupe bien sûr). Mr. Beast fera sans doute office de rupture dans la discographie du groupe tant son format diffère des autres albums. L'apport du piano par exemple change la donne, et annonce même la couleur d'entrée de jeu sur "Auto-Rock". Puis le titre massif de l'album par excellence, "Glasgow Mega-Snake", concentré d'énergie rock mâtiné de sonorités modernes qui n'est pas sans rappeler leurs augustes aînés (dont ils avaient assuré la première partie deux ans auparavant), les Pixies.
Ils sont forts quand même, mais pas au-dessus de tout soupçon. A voir comme certains passages semblent soit repompés sur leur discographie, soit sur celle de groupes majeurs dans la mouvance post-rock, tel Sigur Rós ("Travel is Dangerous" ou "Friend Of the Night", qui reste un titre très réussi malgré tout). L'ennui tendrait même à guetter quand Tetsuya Fukagawa (Envy) vient faire son spoken word sur "I Chose Horses", c'est dommage de ne pas avoir tenté un titre plus « Envyien » justement, car Fukagawa dans un registre limité, ça n'a pas grand chose d'intéressant. Même le dernier titre n’est pas entièrement satisfaisant, plus lent, plus post-hardcore, mais trop convenu dans le genre, on est loin de clôtures magistrales comme "Stop Coming To My House" ou encore "Mogwai Fear Satan".


Une attente bien longue en comparaison du résultat, qui s'il n'est pas mauvais ne tient pas toutes ses promesses. Le manque de cohérence de l'album lui vaudra bien vite l'étiquette « fourre-tout » dans la discographie du groupe. C'est peut-être en ça qu'il s'agit de leur album le plus expérimental. Gageons qu'à l'avenir Mogwai tienne mieux dans ses chaussures et que la prochaine fournée soit monstrueuse, plus noise, plus saturée, toujours aussi mélodique et plus massive. Parce que c'est comme ça qu'on les aime.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1