1431

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Kevin Quirion
(guitare+chant)

-Sean Baxter
(basse+chant)

-Shawn Ohtani
(guitare)

-Tim Yeung
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)Longing For Clarity
3)Acceptance In Silence
4)No Vision Of Prophecy
5)Scourge Of Thy Enemy
6)Distant Memories
7)Tempting Angelic Pride
8)Resurgence
9)Falling Through Decades
10)Repetition Breeds Insanity
11)Outro

DISCOGRAPHIE


Council Of The Fallen - Deciphering The Soul



Hop! Une petite intro violoneuse et en avant la pétare! Car Council Of The Fallen n’est pas exactement un groupe qui fait dans la dentelle. Il en a plutôt gros sur la patate et va vous en faire manger plein les dents. Les sieurs se disent issus de la même scène death qui a vu émerger entre autres Nile et Vital Remains… Rien que ça. Cela voudrait-il dire que ce groupe est une bombe qui délivre du death brutal de haute qualité et sachant forger son propre chemin à coups de glaive vengeur?

Honnêtement, non. Personnellement je ne goûte que peu à ce death/black (où sont-ils allés chercher qu’ils font partie des piliers de la nouvelle scène death?) ultra rapide qui n’a d’autre argument à vendre que son extrême rapidité justement. C’est sûr, ça blaste à tout va et le rythme est maintenu sans encombre tout au long de l’album. Mais bizarrement, c’est seulement lorsque le groupe daigne baisser un peu la cadence comme sur "No Vision Of Prophecy" qu’il devient plus intéressant. Cette chanson possède en plus deux ou trois riffs bien groovy qui dénotent dans cet ensemble très fortement ancré dans un death/black tout ce qu’il y a de plus classique. Et pour celui qui n’aime pas le death/black, difficile de s’y retrouver du coup. Voilà déjà un premier point.

Ensuite, je trouve le groupe desservi par une production certes carrée mais totalement sans relief. Il n’y a rien qui nous indique dans le son du groupe qu’il s’agit de Council Of The Fallen et pas d’un autre. C’est vraiment ennuyeux car ça contribue grandement à faire plonger le groupe dans une sorte de viscosité death metallique informe de laquelle n’émerge finalement pas grand-chose, contrairement à Nile justement (puisqu’il s’agit d’une de leurs références visiblement) qui lui a su tailler sa route et construire son propre son. Pour ne pas arranger cet état de fait, le chant est assez quelconque bien qu’oscillant sans sourciller entre les deux chanteurs et le death et le black, mais toujours dans un registre d’une banalité excessive qui ne donne pas d’accroche à l’auditeur. En plus, mode oblige serais-je tenté de dire, nous avons droit à quelques (brefs) passages de chant clair. Il est sympa, mais il tombe clairement comme un cheveu sur la soupe. Où est l’apport du chant clair dans un ensemble aussi bourrin?

Mais qu’il y a-t-il de bien sur cette galette? Des choses et d’autres quand même. Tout d’abord l’interprétation est tout ce qu’il y a de plus honnête, et les (très) rares fois où le groupe daigne relâcher la pédale (d’accélérateur donc…) il s’en acquitte sans mal. Le batteur dans son coin offre une belle démonstration d’ultra vitesse qui réjouira les amateurs de bourrinisme extrême et physique, mais son penchant (forcé?) pour le blast beat contribue à nuire grandement à l’intérêt de son jeu. Les gratteux de leur côté sont capables d’asséner une bonne cargaison de riffs par chanson, riffs qui ne sont pas dégueux qui plus est. Le bassiste est toujours en paix avec lui-même et en harmonie avec la musique, c’est-à-dire qu’il s’est tellement bien fondu dedans qu’on ne le remarque plus… En plus, le groupe sait composer tout de même, reconnaissons-lui cette qualité, puisque aussi banale soient-elles, les chansons ressemblent quand même à quelque chose et la mélodie n’est pas la dernière à danser.


Au final, cela nous donne un groupe qui va à toute berzingue et qui sait composer, là n’est pas le problème même s’il le fait sans grand génie non plus, mais qui souffre d’un manque affreux de personnalité. Rien n’est original dans sa musique et pire encore, rien ne sort de la masse. Car, revenons une fois encore sur Nile, si ce groupe n’est pas foncièrement original dans son death, il le fait avec une immense classe et un savoir-faire unique, ce qui n’est vraiment pas le cas de Council Of The Fallen. Un groupe qui pour le moment est condamné à rester au rayon gros bourrin sans âme pour ceux que ça intéresse. Moyen.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1