1384

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été mise en ligne le 01 décembre 2007
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Adam Agius
(chant+guitare)

-Roy Torkington
(guitare)

-Nick Wall
(claviers)

-John Bray
(basse)

-Rodney Holder
(batterie)

TRACKLIST

1)Wrapped In Guilt
2)Tongues And Knives
3)Nothing In No Time
4)Anticipation Of A High
5)Grasp At Air
6)CommunicHate
7)Substance For Shadow
8)God Shaped Hole
9)Degenerative Breeding

DISCOGRAPHIE

Tripsis (2007)

Alchemist - Tripsis
(2007) - death metal psychédélique Hypnose sous contrôle - Label : Relapse Records



Alchemist est tombé dans l’escarcelle du fameux label Relapse depuis trois albums et il ne s’en porte que mieux, apparemment. En effet, qui mieux que Relapse sait se faire l’avocat de groupes pratiquant une musique au style souvent indéfinissable ?

Ainsi, Alchemist, que j’ai découvert avec leur très bon précédent album (Austral Alien, réitère et affine une formule magique sur les premiers morceaux de Tripsis : un death psychédélique (grâce à des nappes de claviers parfois fantastiques, comme sur "Wrapped In Guilt" ou "CommunicHate"), teinté d’ambiances et de rythmes indus que n’auraient pas renié des groupes tels que Voivod ou encore le Godflesh de Justin Broadrick sur Streetcleaner.

À partir du glacé "Anticipation Of A High", Alchemist redresse un peu plus haut la barre en décomposant les atomes de la musique des Australiens d’une bien belle façon : le death se transforme en thrash/indus au son craquelant et Alchemist enchaîne les morceaux à l’aura mystique. Il est ainsi très difficile d’apprivoiser Tripsis et d’en décortiquer les éléments fondamentaux. Seulement, on sent que le groupe s’amuse de ces changements de rythme brutaux pour finalement proposer à l’auditeur un album varié et compact dans lequel il vaut mieux se laisser aller à rêver plutôt qu’essayer de le comprendre. Seule la voix d’Adam Agius, mixée dans le lointain, semble se dépêtrer difficilement des entrelacs de sons et de riffs qui composent les neuf titres de ce nouvel album.

Au final, Tripsis est un album à découvrir – dans le sens où ce que le groupe propose n’a pas vraiment d’égal dans le milieu. Très riche si l'on passe outre une première écoute proprement déconcertante et hypnotique pour peu que l’on aime les productions aériennes et volatiles, cet opus se laisse gentiment déflorer au fil des écoutes. Un bien bon album pour une nouvelle offrande Relapse, qui, décidément, rafle les honneurs avec Alchemist. Difficile d'accès mais savoureux.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4