1365

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Jurgen Aumann
(chant)

-Jorg Breitenbach
(guitare)

-Heiko Krumpholz
(batterie)

-Werner Muller
(guitare)

TRACKLIST

1)Intro
2)Strong Pain
3)Eyes Of Horror
4)Greed For Revinge
5)Empty Eyes
6)Expolsed To Hatred
7)Let Me Be Your Tank
8)Bemoaned Animosity
9)Sociapathically Insane
10)Coma Divine
11)Dreamland '96

DISCOGRAPHIE


Final Breath - Let Me Be Your Tank



Troisième album pour les death thrashouilloux allemands de Final Breath. Et conclusion: bonne surprise! Et oui, à défaut d’être en ce moment un peu déçu ou simplement blasé par ce que l’on entend de la scène thrash actuelle, on a de quoi se consoler à l’écoute de Let Me Be Your Tank, titre d’album déjà hautement subtil. Une belle sensation musicale nous est présentée là. Pas question de réinventer quoi que ce soit. Mais l’interprétation de ce combo ne laisse pas de froid ni de questionnement.

On retrouve ici la puissance de The Haunted, la pêche et la richesse de Slayer dans les riffs, et l’agressivité de Carnal Forge. De plus on ne s’est pas foutu de nous pour le son. La production est signée Andy Classen (Dew-Scented, Dark Age, Tankard). Autant dire qu’une main connaisseuse n’a pas attendu de donner consistance à la musique du combo, et s’eut été bien dommage. Avec ses dix titres dont deux réenregistrements ("Exposed To Hatred" et "Sociopathically Insane") du premier album Flash-Burnt Crucufixes (2000), Final Breath propose un travail soigné, violent et surtout un mélange entre fraîcheur musicale et ancrage des moins cachés dans l’utilisation et la mixture de riffs old school.

Les titres, tout en restant pathologiquement et logiquement homogènes sur le plan de l’attitude musicale, présentent tout de même des facettes différentes et fortement appréciables. Alors que "Eyes Of Horror" privilégie les riffs lourds et les ambiances plus horrifiques avec un chant incantatoire, "Empty Eyes" possède toute la hargne d’un thrash old school très rapide et incisif, abonné toute fois à une structure progressive et mélodique des plus salutaire. Les soli et leads guitare de ce dernier morceau montrent la volonté du groupe de ne pas se renfermer dans une exécution disciplinaire de basiques rythmiques. C’est tout en son honneur puisque les compositions gagnent en consistance et richesse. Le réenregistrement des deux titres cités en début de chronique montre la progression du groupe dans un style plus peaufiné musicalement varié et à la fois une personnalité qui est restée intacte. Les parties plus mélodiques en lead de guitare sont toujours au goût du jour chez Final Breath.

Ces moments de respirations permettent aisément de paraître encore plus brutal lorsque les riffs death/thrash reprennent du service. Après une intro assez dispensable, le titre "Let Me Be Your Tank" se veut comme la composition la plus basique et rock ‘n’ roll de l’album. Le chant de Jurgen Aumann est moins présent. Un moment presque calme (petite perte de tension dans l’album) qui vient tout de suite être réanimé par "Bemoaned Animosity", basé sur de très bonnes coupures rythmiques et une certaine accroche dans le couple chant/guitare. Slayer n’a qu’à bien se tenir, une fois de plus.


Trois quarts d’heure de musique pour un groupe déterminé qui n’attend plus qu’un public curieux et tout aussi déterminé pour se faire apprécier. Et il y a ici de quoi se faire plaisir. A remarquer que Let Me Be Your Tank est aussi dispo en double CD dont le deuxième présente dix-neuf titres compilant la première démo Soulchange et le debut album Flash-Burnt Crucufixes.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3