1341

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Guillaume Cantillon
(basse+chant)

-Ludwig Martins
(guitare+chant)

-Julien Cantillon
(guitare+chant)

-Olivier Valty
(batterie)

TRACKLIST

1)Beach Party
2)Partons Vite
3)J'Irai Mélanger Les Couleurs
4)Je Reviens
5)Chercher Des Poux
6)Sur Le Coeur
7)Belle Evidence
8)Greta
9)Club 35
10)Lilla Huset
11)Fais Semblant
12)J'Insiste

DISCOGRAPHIE


Kaolin - Mélanger Les Couleurs
(2006) - rock - Label : At(h)ome



Donc voilà, Kaolin cartonne de plus en plus. Dans une époque où la chanson française à texte connaît un essor certain ce n'est pas surprenant, et la signature du groupe sur le label At(h)ome qui regroupe déjà Prohom, Les Tit'nassels, Lofofora et Mass Hysteria annonce de fort belles choses pour la formation auvergnate. Sorti en septembre 2006, Mélanger les couleurs s'est vu couronné d'un certain succès. Retour sur un mini-phénomène.

Ca commence en tous cas fort bien : l'intro vocale "Beach Party" est très jolie, très gospel dans l'esprit et permet de profiter des voix posées et claires des différents vocalistes du groupe. Mais dès "Partons vite" tout se gâte : le titre est étonnamment proche musicalement du "Ô Compagnon" de Raphaël (et cet homme est le Mal, ne l'oublions jamais), et si les paroles fleur bleue ne sont pas repoussantes à proprement parler elles sont surtout naïves et simplistes, et les jolies harmonies vocales ne rattrapent pas leur banalité. Après ce titre acoustique, Kaolin part dans une pop-rock anglaise de facture extrêmement classique et soignée avec "J'irai mélanger les couleurs", un des succès de l'album grâce à une négativité textuelle qui tranche joliment avec les mélodies. La variété musicale de l'album s'impose en tous cas dès le troisième titre "Je reviens" qui présente une pop pure assez proche de ce que proposer Stephen Malkmus. Dommage que le titre lasse très vite, la faute à une absence assez gênante de variation.

Kaolin peut se faire plus lourd, comme avec "Chercher des poux" au son de guitare presque heavy et aux percussions efficace. On est dans une forme très particulière de rock à guitares policé qui passe sur Le Mouv', et force est de constater que le groupe sait se montrer varié et inventif quand il le veut : break de basse, chœurs inattendus… le groupe peut même atteindre des états de grâce comme dans "Belle évidence", où l'alchimie entre poésie des paroles, beauté des harmonies de chant et qualité des arrangements et des thèmes de guitare fait mouche. On peut à ce sujet saluer une production qui s'adapte très bien aux différentes approches d'un combo qui marie la variét' des seventies avec des effets de guitare à la Muse ("Greta") ou va chasser sur les terres des Beatles ("Club 35")… même si ces influences sont trop perceptibles par moments : "Lilla Huset" par exemple évoque tant les chansons hypnotiques de Placebo que c'en est choquant.


Calme et posé dans son immense majorité, Mélanger les couleurs est un sympathique recueil de chansons qui prouve que le groupe est autant capable de se dépasser le temps de quelques titres que de faire du plat sans saveur sur d'autres. La proportion est malheureusement un peu trop en faveur de la dernière tendance pour qu'on s'emballe, mais Kaolin ne mérite au final ni mépris ni louanges… à écouter par curiosité.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7