1330

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Cisco
(guitare+chant)

-Vince
(guitare+chant)

-Doppler
(batterie)

-Sad
(basse)

TRACKLIST

1)Land Of The Fallen Angels
2)Miscellaneous Grievances
3)Killyoumankid
4)In Flames
5)Reminiscences (Pt.1)
6)Reminiscences (Pt.2)
7)Corps et Âme
8)Epidemia

DISCOGRAPHIE

Epidemia (2003)

Cipher - Epidemia






D’obédience thrash/death, Epidemia est le premier CD autoproduit de ce groupe limougeaud. Assez courageux pour un style largement écrasé par les quelques formations nordiques maîtres de cet art… Cipher s’en sort assez honorablement.


Passons tout de suite sur les quelques défauts qui font de cet enregistrement un album moyen. Le son, tout d’abord, est trop plat, un peu comme si l’on écoutait Epidemia depuis le couloir de la salle de répétition. Les guitares sont très aiguës, la batterie en clash, et un manque certain de profondeur. Bien sûr l’auto-production n’est pas chose évidente dans ce milieu et on sait bien que les groupes, si cela ne dépendait pas des moyens disponibles au bon moment, proposeraient des productions bien plus puissantes. C’est dommage ici que ce défaut empêche une écoute facile des bons moments. La seconde chose, c’est que l’on sent bien la jeunesse de Cipher via ces compositions encore un peu patchwork et manquant parfois d’originalité. Un petit manque de clarté à corriger qui ne nuirait pas aux titres.

Mais dans tout cela, il faut admettre le travail sérieux réalisé par le groupe, et ce dès l’introduction "Land Of The Fallen Angels", avec un jeu de trois guitares et un clavier. On remarquera l’atmosphère sombre qu’essaie d’installer le groupe dès ces premières notes. Cette atmosphère est plus ou moins tenue sur le long de l’album, étant parfois difficile de faire passer une ambiance dans ce style. Assez thrash et bien mené, "Miscellaneous Grievances" débarque ensuite avec des riffs rapides. Quelques ralentissements sont parfois regrettables, mais dans l’ensemble sur ce titre comme sur les autres, la machine avance sans réelle encombre. Très lié au heavy thrash, les lead guitares finissent souvent en soli. La technique des musiciens permet de rendre dynamiques les mélodies.

Ce que l’on sent aussi au travers des compositions de Cipher, c’est ce penchant pour les structures plutôt progressives. Cela est notamment visible sur le titre "In Flames", qui me paraît le plus complet de la galette. Avec une intro très rock (dommage que les guitares sonnent comme des brosses à dents), on débarque sur un speed thrash black avec un chant écorché. Les riffs assez étriqués prennent le pas et font parfois penser à du vieux Dark Tranquility. Concernant le chant, il faut bien avouer qu’il est particulièrement travaillé, passant des hurlements à la Kreator (sur ce même titre "In Flames"), à quelque chose de plus death ("Réminiscences Part II"). Assez agressif et parfois doublé, il met bien en relief, malgré quelque maladresses, la verve que souhaite exprimer Cipher. Comme pour rappeler que Cipher sait faire dans le sombre, "Réminiscences Part I" coupe le temps avec dans une interlude acoustique.


Bref, un album qui a le mérite de poser les prémices d’un groupe motivé, et malgré les visibles erreurs de jeunesse, une production à parfaire et une originalité à creuser, Cipher fait plaisir à écouter, face à d’autres groupes largement moins intéressants mais autrement soutenus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3