1265

CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
Cette chronique a été mise en ligne le 07 novembre 2007
Sa note : 7.5/20

LINE UP

-Kai Hansen
(guitare+chant)

-Henjo Richter
(guitare)

-Dirk Schlächter
(basse)

-Dan Zimmermann
(batterie)

TRACKLIST

1)Into The Storm
2)From The Ashes
3)Rising Again
4)To Mother Earth
5)Rain
6)Leaving Hell
7)Empress
8)When The World
9)Opportunity
10)Real World
11)Hear Me Calling
12)Insurrection

DISCOGRAPHIE


Gamma Ray - Land of the Free II
(2007) - mélodique speed metal - Label : SPV




Cela commence à faire un bon bout de temps que Gamma Ray n'a plus fait l'unanimité. Le dernier chef d'œuvre unanimement reconnu comme tel remonte à 1999 avec Powerplant. Mais, après un Majestic tout de même rassurant sur la capacité du groupe à écrire des chefs d'œuvre puis l'annonce d'un Land Of The Free II, le fan est forcément emoustillé, même si la mode de donner des suites à ses meilleurs albums pour se relancer commence à devenir agaçante.


Une chose à laquelle Hansen et sa bande nous ont par contre habitués depuis No World Order, c'est d'effectuer des emprunts plus ou moins subtils à la musique d'autres combos, généralement réputés, de telle sorte que le tout ne soit pas bien discret. On avait donc eu l'occasion de réentendre "Rapid Fire" ou le solo de "Metal Meltdown" du Priest dans cette même galette, entre autres. Et bien cette fois-ci, c'est carrément un hommage aux grands du genre qui nous est offert. Le problème, c'est qu'on n'était pas au courant. Alors une fois n'est pas coutume, livrons-nous à un petit track by track selectif, afin de bien décéler tous les trésors cachés de l'oeuvre que nous tenons entre les mains. C'est donc parti avec "Rising Again"... Ha non en fait, "Cry for Freedom" de Walls of Jericho (version rééditée), qui introduit donc "To Mother Earth". Violent ce riff! Tiens, ce pont, c'est pas la mélodie de l'intro de "Before the War"? Il faut finalement bien remonter au premier album de la citrouille, vu qu'il s'agit en fait de "How Many Tears". On enchaine avec "Leaving Hell" qui rappelle à notre bon souvenir le "Balls To The Wall" d'Accept et ses choeurs après le solo. La piste suivante aussi d'ailleurs.

Au moins, ce best-of a su faire preuve d'originalité, puisqu'on enchaine avec "When the World"... non, "Flash of the Blades" de la Vierge de Fer, qui n'est pas forcément leur titre le plus connu mais qui fait du bien à réentendre. Mais que ne voilà pas? Le refrain de "The Longest Day", des mêmes britanniques. D'ailleurs, on retrouve plus tard cette bonne vieille rythmique galopante, il s'agit donc d'un medley en fait! "Opportunity" maintenant, enfin un inédit. Excellent d'ailleurs ce gros riff majestueux et ces chœurs imposants. Un break maintenant, pardon, le break de "Rime of the Ancient Mariner", enchaîné par une reprise directe de "The Clairvoyant". Décidemment, Iron Maiden est partout! Enfin, il manque toujours ce bon vieux mid tempo là, oui, ce tube incontournable de Helloween, comment s'appelle-t'il déjà...? Mais c'est bien sûr : "I Want Out". Et bah on n'aura pas attendu longtemps, le voilà, renommé "Real World" pour l'occasion. Sympa d'y avoir pensé. Pour finir en beauté, rien de tel qu'un bon vieux "Out Of The Shadows" à se mettre sous la dent, qui n'est d'ailleurs pas bien vieux.

Nul besoin d'aller plus loin sans doute. Toutes ces repompes et autres plagiats scandaleux auront plusieurs effets possibles, l'auditeur le plus chanceux étant celui qui ne connait pas toutes ces références. Celui-là aura donc toutes les raisons d'apprécier ce Land Of The Free Part II, car finalement, avec autant de hits enchaînés, il doit sûrement être excellent. Pour les autres, à vous de voir si la démarche vous offusque ou non. Une chose est sûre, Kai Hansen ferait mieux d'arrêter la clope. Car, non contente de lui faire perdre une grande partie de son inspiration, la nicotine lui pourrit la gorge également. On a presque mal pour lui sur certains passages, et la précision des lignes de chant en prend un coup. Surtout qu'il n'est pas à la base un chanteur d'exception, loin de là. Restent quelques passages intéressants, notamment un "Into The Storm" pas désagrable pour se mettre dans le bain, mais bien peu original. Originalité qui n'est d'ailleurs pas vraiment le point fort de l'album, même sur les passages signés Gamma Ray. On se prend même à trouver plus d'intérêt à la très pop "Empress" qu'aux speederies bien banales, énièmes tentatives de résurrection de ce qui s'est déjà fait sur les deux Keepers.


Lorsque l'on veut donner une suite honorable à un monument du heavy speed, on s'en donne les moyens. Avec une telle panne d'inspiration et des plagiats à outrance, on ne peut pas dire que l'opération soit réussie. Bien triste de voir que celui qui fut Dieu pour toute une horde de fans de heavy speed mélodique sombrer lentement mais sûrement dans une auto-parodie de ce qui fut de grands moments. À quand la reformation?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4