1254

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 06 novembre 2007
Sa note : 15/20

LINE UP

-Janne Aleksi Pajari
(chant+guitare)

-Sopanen Olli
(guitare)

-Matti Lötjönen
(guitare)

-Kimmo Kärkkäinen
(basse)

-Luca
(batterie)

TRACKLIST

1)Dissonance Fading
2)Message
3)If Nothing Comes Of You
4)Untitled
5)Coma
6)Blood Runs Thick
7)Your Cloud
8)The Absolute
9)Whenever You Say You Love Me
10)Simply Lethal

DISCOGRAPHIE

Sleepwalkers (2007)

Day Eleven - Sleepwalkers
(2007) - hard FM pop rock - Label : Dockyard1




Originaire de Finlande, le groupe Day Eleven a récemment attiré l'attention sur lui en voyant leur deuxième album Sleepwalkers produit par Jens Bogren, bien connu des fans de Katatonia et Opeth. Mais de death mélodique ou de rock progressif il n'est point question ici : ce disque est avant tout un album de pop-rock, et joliment tourné qui plus est. Porté par la voix de Janne Aleksi Pajari, la musique du quintet se révèle à la fois entraînante et travaillée, et se pose à part dans la production scandinave actuelle.


La pop-rock de Day Eleven couvre mine de rien un spectre assez large : selon le degré de distorsion des guitares et le proportion riffs / mélodies, le groupe réussit à réellement varier les ambiances. Le chanteur évolue dans un registre assez maniéré de rock mélodique la plupart du temps (avec des montées en voix de tête très pop) et quand il met du coffre ses inflexions font fortement hard FM. La première moitié de Sleepwalkers voit le groupe jongler sans cesse entre des plans très doux et des riffs plus hard : l'influence du punk et du hardcore sur l'opener "Dissonance Fading" est évidente, mais les transitions vers une pop plus sage sont incessantes... et au passage très bien ficelées. On admet très vite que la pop est une compostante centrale du tout : Day Eleven la lie aussi bien à du hard FM dans "If Nothing Comes Of You", qu'à du rock indé dans "Message", et à de l'atmo dans "Your Cloud". Les lignes vocales sont très soignées en lead comme lors des backings, et on peut dire que Day Eleven maîtrise totalement l'art du refrain à minettes.

Le groupe lève franchement le pied sur la deuxième moitié de l'album : "Coma" est un titre de pure pop US qui rappelle Nickelback en beaucoup plus soft, et le déjà cité "Your Cloud" est totalement axé sur les ambiances hypnotiques, avec un bel usage des arpèges et du delay. "The Absolute" enfonce le clou : la section rythmique assez dark rappellerait presque la new-wave si les sonorités de la guitare et de la voix n'étaient pas si chaudes. Ce titre est au passage un bel exemple du talent de Day Eleven en matière de mélodie pure : simple, sans arrangements excessifs ni ligne de chant alambiquée, il fait pourtant mouche et emporte l'auditeur dans une rêverie cotonneuse fort agréable. "Whenever You Say You Love Me" est plus FM que jamais et la conclusion de l'album "Simply Lethal" est encore plus hypnotique : tout en arpèges aériens qui s'entrecroisent, les couplets de ce titre sont du genre qu'on savoure les yeux fermés et l'esprit qui vagabonde. C'est vraiment joli et posé, et les plans pourraient servir de base à un groupe post-rock sans problème.


Sleepwalkers est donc un très chouette recueil de chansons pop... mais pourquoi avoir mis toutes les chansons énergiques à la suite au début de l'album ? Peut-être doit-on y voir une volonté de renouer avec les faces A et B des vinyles car on se retrouve du coup avec deux visages totalement différents de Day Eleven : celui qui sait marier mélodie et patate d'un côté et celui qui ne jure que par la douceur de l'autre. Mais comme les deux visages sont loin d'être repoussants on évitera de faire la fine bouche, et on profitera de ce disque plein de bonnes idées et tout simplement très plaisant à écouter.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1