1212

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Sven
(chant)

-Douglas
(guitare)

-Jan
(guitare)

-Manu
(basse)

-Gert
(batterie)

TRACKLIST

1)Neurofractal Bypass
2)Imminence of Disposition
3)Reverberating Human Callousness
4)Deprivation Synapse
5)Retrospective Void
6)In for the Kill
7)Epileptic
8)Scorched
9)Placid Vortex

DISCOGRAPHIE

Epileptic (2004)

In Quest - Epileptic
(2004) - death metal grindcore - Label : Good Life



Ma curiosité me jouera encore des tours, c'est certain. Cette même curiosité qui m'a poussé à écouter In Quest... Après, on ne pourra pas dire que je ne suis pas ouvert d'esprit! Alors dans le fond, In Quest, c'est quoi? Un combo belge, avec Sven d'Aborted au chant, ce qui, a priori, nous rassure sur la teneur «brutale »de ce disque. Et on ne se trompe effectivement pas sur la marchandise: le death/grind joué par le groupe est sans réelle surprise, mais diablement efficace. Rythmes effrénés, blastbeats à gogo, chant très hargneux (bien que peu mélodieux, et surtout retouché, le phrasé grind me fera toujours marrer) et soli inventifs se déclinent le long des neuf compositions d'un album à la violence froide, calculée et mécanique, agrémentée d'une pointe cyber rappelant de façon lointaine Fear Factory ("Neurofractal Bypass", "Scorched").

L'atmosphère aidant, on se retrouve à apprécier les constructions et structures d'un disque, qui, s'il ne fait vraiment pas dans la dentelle, assure techniquement (la batterie est incroyable, presqu'inhumaine et la guitare lead nous pond des soli ma foi très agréables) et mélodiquement. Pas parfaites, parfois répétitives, les compositions évitent cependant de manière très juste les redondances trop marquantes. Preuve que l'excellent "Scorched" apporte avec brio au sein d'un morceau étiré, mais inventif et prenant. C'est d'ailleurs le meilleur morceau de cet album, alternant les phases de folie destructrice,des plans électro planants et des blastbeats épurés de tout sentiment.

Ce qui frappe le plus, c'est cette volonté de proposer un univers déshumanisé (l'album porte bien son nom, tant les sursauts techniques, voire de structure, sont légion) tout en mélangeant brutalité ("Placid Vortex") et atmosphère, technique pure et mélodie. Bon, on passera effectivement sur un chant anti-mélodique (le grind n'est pas une référence géniale), dualiste (alternant le chant death plus caverneux et les hurlements grind) et, finalement, desservant l'univers très cohérent posé par le disque. Mais l'album est assez court (quarante-trois minutes), ce qui permet à nos pauvres oreilles de reprendre leurs esprits (et leurs facultés acoustiques) avant que la saturation sonore ne guette. Et c'était, malgré tout, moins une...


Cependant, la surprise principale de ce disque vient du fait que la brutalité parfois extrême de l'album (la construction de "Neurofractal Bypass" est ahurissante) ne sacrifie en rien à la mélodie, loin de là. Défoulant mais bien maîtrisé, Epileptic est un album, en ce sens, audacieux. A la croisée des chemins (ne se privant d'aucune référence donc), In Quest nous joue là un numéro qu'on est certain d'avoir entendu quelque part, mais dont la référence est introuvable. Assez étonnant, dans le fond.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3