1201

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Daniel Corchado
(guitare+chant)

-Julio Viterbo
(guitare)

-Alfonso Polo
(basse)

-Antonio Leon
(batterie)

TRACKLIST

1)From The Curse, A Scourge...
2)The Omnipotent Codex
3)Conqueror & Warlord
4)Manifest My Intervention
5)Fortress
6)Retribution Of The Lost Years (I, The Pastfinder III)
7)Conjuring The New Apocalypse
8)The Eclipse: Monument To The Empire
I. Sentence and Burden
II. The Voyage
III. The Restitution

9)Remains Of The Covenant
10)Eternal Cycle Of Delusion

DISCOGRAPHIE


The Chasm - The Spell Of Retribution



The Chasm est une expérience dévastatrice. The Chasm est mexico-américain. The Chasm enfante en 2004 The Spell Of Retribution, septième rejeton de pur heavy speed/thrash/death metal. The Chasm aime la mort, son culte, le metal, la maîtrise instrumentale, la musique puissante et honnête. Voilà pour les présentations, vous aurez compris (ou bientôt) que The Spell Of Retribution est un très bon album, intègre et extrêmement appréciable par les temps qui courent.

Soixante-six minutes pour dix titres très bien ficelés aux structures évolutives et logiques. Le plus surprenant est que chaque composition est peaufinée, ne laissant aucune place à l'ennui, mais plutôt à la redécouverte d'un style underground, travaillé, expressif et musicalement riche. La production n'est pas parfaite, mais nous ramène bien dix ans en arrière dans les terres de Dissection, Immolation et Morbid Angel. Le sentiment général de l'album se dirige vers la haine, la vengeance, la victoire et la fierté. La maîtrise instrumentale exemplaire et la richesse des constructions ne laissent pas indifférent.

L'album présente les titres dans une certaine logique, laissant transpirer d'abord toute la violence et l'agressivité pour ensuite laisser couler lenteur et pesanteur. Dès l'introduction "From The Curse, A Scourge..." les riffs thrash inspirés emplissent l'espace sonore d'une ambiance guerrière sans autre but que de vous préparer à la suite. La suite justement, avec des titres comme "The Omnipotent Codex" ou l'excellent et radical "Conqueror & Warlord", se veut rapide et sans concession, à la Morbid Angel (période Blessed Are The Sick) teinté d'un Dissection enragé (pour me répéter) dans l'utilisation des arpèges de guitares.

"Fortress" se veut le passe-muraille de The Spell Of Retribution avec ses riffs ultra-rapides et catchy, dans un esprit très dark. C'est cette maîtrise à la fois technique et « spirituelle » qui donne tout son charisme au groupe. Dommage parfois que la production soit inégale d'un titre à l'autre, comme si le mixage avait foiré ici et là. Et puis, pas moyen de passer à coté de "Retribution Of The Lost Years (I, The Pathfinder III)", extrêmement bien joué et sombre, privilégiant les ambiances lourdes du dark/doom rappelant parfois Forgotten Tomb, la maturité instrumentale en plus. Les vocaux sur cet album sont purs, sombres et décadents, sans fioriture mais néanmoins variés et très communicatifs, dans un registre black/dark/death propre au groupe.

Dernière perle de cet album, "The Eclipse: Monument Of The Empire" est un voyage grave et initiatique dans des méandres musicaux complexes et agressifs. Pas de petits titres pour The Chasm qui surprend du début à la fin, sans jamais lasser. Bref, de la très bonne musique extrême qui s'apprécie à la première écoute comme dans la durée et qui devrait servir d'exemple pour beaucoup de formations européennes. Bon, la pochette n'est pas géniale, avec des crânes ici et là ne représentant pas comme il serait souhaitable la qualité musicale de The Spell Of Retribution. J'espère au final que le public extrême aura la curiosité de s'intéresser à cet album et à ce groupe aventureux!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5