1188

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Johan Jansson
(chant)

-Jonas Kjellgren
(guitare)

-Johan Ahlberg
(guitare)

-Martin Schulman
(basse)

-Ronnie Bergerstål
(batterie)

TRACKLIST

1)Victorious Dawn Rising
2)Purgatorial Overdrive
3)The Destroyer
4)As Legions Come
5)Sworn
6)Synthetic Sin Zero
7)Flesh Is Fragile
8)Wretched Cut
9)Deconstruction Macabre

DISCOGRAPHIE


Centinex - World Declension
(2005) - black metal thrash metal extrême hybride - Label : Regain Records



Formé en 1990, Centinex n'en est pas à son coup d'essai. World Declension est leur neuvième album et ils ont également trouvé le temps de sortir sept EPs en plus de ça, c'est donc dire si les Suédois ont été productifs durant les quinze dernières années. Le groupe donne dans un thrash hurlé moderne à tendance extrême bien agressif, et ce CD saura sans doute contenter les amateurs de violence satanique. Qu'attendre d'autre d'un groupe qui se surnomme lui-même « The Diabolical Hellbrigade » ?

Bon, c'est un lieu commun aujourd'hui de le dire, mais cet album est bien produit et extrêmement bien joué. Le son n'est pas aussi énorme que certaines grosses productions mais est très réussi et bœuf, et les musiciens de Centinex sont tous de sacrées brutes. Hurleur thrash/death de classe A, batteur modèle moissonneuse-batteuse, guitaristes rythmiques assassins aux soli slayerisants ou mélodiques... N'en jetez plus. On le sait très bien aujourd'hui, les musiciens d'extrême généraliste (avec un peu de tout dedans) sont forcément très doués, le genre veut ça. Qu'est-ce qui va donc faire la différence entre x groupes mêlant thrash et/ou death et/ou heavy et/ou et/ou suédois et/ou black? La pertinence des compos, des transitions, et la richesse des riffs. Centinex se débrouille pas mal dans ces différents registres, et l'album est plaisant... Au début.

Johan Jansson est un vrai chanteur d'extrême moderne, à savoir un qui peut passer avec succès du growl death au growl black puis au growl thrash selon les besoins. Un bon point, car un chant toujours pertinent rend forcément la musique cohérente et augmente les possibilités d'exploration. C'est ainsi qu'une chanson comme "As Legions Come" combine thrash hyperspeed bien dans la tradition avec des passages black ou heavy d'un bel effet. Comme je le dirai encore longtemps, le problème reste que quand un groupe veut faire du black à tendance heavy (comprenez avec des envolées de guitare et des accords à la Iron Maiden) la ressemblance avec Cradle Of Filth ne loupe presque jamais, et Centinex se fait un peu avoir. Un peu, car l'absence de claviers permet à la formation de garder un son presque personnel. Quand est-ce qu'un groupe d'extrême généraliste arrivera à aborder ce style particulier sans sonner comme Cradle? C'est un défi en soi, je trouve.

Ne commencez par à tordre cette dernière remarque: ceci ne concerne qu'un seul passage car Centinex fait au final très peu d'incartades de ce côté. Non, leur truc c'est le thrash old-school, un thrash qui sert de base pour ensuite accélérer encore les tempos et donc permettre des breaks souvent death assez efficaces. Les riffs de cet album sont bien méchants et les transitions efficaces: je n'ai jamais trouvé un enchaînement incongru ou raté. Ils savent aussi être mélodiques à bon escient quand il le faut. Non, si cet album n'a pas pu récolter une meilleure note c'est bien à cause de certaines compos qui s'inscrivent vraiment trop dans le moule d'une autre formation, et je ne parle pas d'un seul passage. "Synthetic Sin Zero" tape vraiment trop dans le bête clone d'In Flames, le refrain avec chant clair ne semblant être là que pour accentuer l'effet « clone ». Et aussi à cause d'une certaine lassitude.

Et oui, vers les 2/3 de l'album on commence à avoir parfois une double impression de déjà-entendu: ailleurs et sur le CD même. C'est toujours léché et bien pensé par moments mais ça commence à tourner en rond et la qualité des zicos ne parvient plus à renouveler l'impression très positive que cet album provoque quand on se le met pour la première fois. Il reste deux-trois passages ou breaks comme les soli de "Flesh Is Fragile" qui font leur effet, mais le soufflet est comme retombé. Centinex a pondu quelques beaux moments de métal sur ce skeud mais leur approche n'est à mon sens pas assez variée pour que cet album soit plus qu'un truc sympa et qui sera apprécié par les fans hardcore du genre. Pour tous ceux qui ont vu passer de meilleurs groupes dans ce style, ceci ne laissera probablement qu'une empreinte limitée. A écouter avant d'acheter.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5