1177

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 26 octobre 2007
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Rob Dukes
(chant)

-Gary Holt
(guitare)

-Lee Altus
(guitare)

-Jack Gibson
(basse)

-Tom Hunting
(batterie)

TRACKLIST

1)Call to Arms
2)Riot Act
3)Funeral Hymn
4)Children Of A Worthless God
5)As It Was, As It Soon Shall Be
6)The Atrocity Exhibition
7)Iconoclasm
8)The Garden Of Bleeding
9)Bedlam 1,2,3

DISCOGRAPHIE


Exodus - The Atrocity Exhibition : Exhibit A
(2007) - thrash metal - Label : Nuclear Blast





Depuis sa reformation à l'aube des années 2000, on ne peut pas dire qu'Exodus ait chômé. The Atrocity Exhibition : Exhibit A est déjà la 3ème offrande des Californiens depuis 2004, en attendant l'Exhibit B prévue pour l'année prochaine. Peut-être une façon pour son leader Gary Holt de rattraper le temps bêtement perdu au cours de la décennie précédente…


Musicalement, cette cuvée 2007 reprend les choses exactement là où son prédécesseur Shovel Headed Kill Machine les avaient laissées. Autant dire que les amateurs de la facette la plus groovy du groupe, matérialisée par des brûlots comme "Fabulous Disaster" ou plus récemment "Forward March", en seront pour leurs frais. Exodus se la joue façon rouleau compresseur implacable, servi par une production monstrueuse signée Andy Sneap. Symbole de cette orientation, le revenant Tom Hunting qui martèle ses fûts comme un damné, mais sans retrouver la finesse et la variété de sa prestation sur Tempo of the Damned. De même, rien de neuf pour les fans inconsolables depuis le départ de Steve Zetro Souza : Rob Dukes n'a pas changé d'un iota et conserve son style hardcore très particulier. Seul le refrain quasi-aérien de "Children Of A Worthless God" échappe à la règle, pour un résultat aussi étonnant que réussi.

Après un rapide coup d'œil sur la durée des titres, il y a de quoi être déboussolé. Pas moins de 5 titres sur les 8 que comportent l'album (hors intro) flirtent ou dépassent les 8 minutes, avec un pic à plus de 10 minutes pour le morceau titre. Bref, des durées plus habituelles dans le prog' que dans le thrash. Le temps où Exodus balançait la sauce en deux temps trois mouvements, comme sur Bonded by Blood, est bel et bien révolu. A l'instar de "Deathamphetamine" sur le précédent opus, les Californiens prennent le temps de développer des intros conséquentes et surtout de très longs breaks qui permettent à la paire Holt/Altus de démontrer ses talents. Et là, pas de doute possible : cette association est largement au niveau de la célèbre H-Team que Holt formait jadis avec Rick Hunolt. Parfois on se prend même à souhaiter que les breaks ne s'arrêtent plus, comme celui de "The Atrocity Exhibition" qui se termine sur le meilleur riff de l'album. Incontestablement le gros point fort de l'album.

Pour le reste, le bon alterne avec le nettement moins bon. L'album part sur les chapeaux de roues avec une intro glorieuse purement heavy suivie de "Riot Act", le seul titre court de l'album et dont l'explosivité ferait presque regretter que Exodus ait tant misé sur les titres longs. "As It Was, As It Soon Shall Be" est quant à lui le seul véritable mid tempo, autre spécialité du groupe relativement délaissée sur ce nouvel album. Stratégiquement placé au milieu de l'album, il permet une certaine aération même si le chant de Dukes se révèle assez lassant à la longue. Le gros souci de l'album vient surtout du fait qu'avec des titres aussi longs et rentre-dedans, il est très difficile de pouvoir l'écouter d'une traite sans finir par décrocher à un moment ou à un autre. C'est surtout le cas vers le dernier tiers, nettement moins inspiré que le début et parfois même réellement pénible.


La conclusion est finalement assez simple : si vous avez aimé Shovel Headed Kill Machine, jetez-vous sur celui-là. Si ce n'est pas votre cas, donnez-lui tout de même une petite chance, car après quelques écoutes assez difficiles, il finira par vous révéler certains aspects fort agréables. Néanmoins, au vu de certains titres faiblards et à moins d'une Exhibit B vraiment exceptionnelle, Exodus aura du mal à éviter l'écueil propre aux groupes accouchant d'un opus en deux parties très rapprochées, à savoir sortir deux albums moyens au lieu d'un seul très bon. En espérant me tromper…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7