115

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 8/20

LINE UP

-Yuri Bianchi
(chant)

-Marta Innox
(chant)

-Alex Guadagnoli
(guitare)

-Aaron Zanetti
(basse)

-Alessandro Lera
(batterie)

TRACKLIST

1)What About
2)Shall Rise
3)Callin'
4)All
5)Crack File
6)Break In
7)Higher
8)Disconnect
9)One Way Serial
10)In A We Trust
11)Damn Speaker
12)Dust In The RMX

DISCOGRAPHIE

Break In Life (2005)

Addiction Crew - Break In Life
(2005) - néo metal - Label : Earache Records



Tiens, Earache veut se faire de la thune. Le label, jusqu’ici spécialisé dans le gros métal extrême qui ramone (citons en vrac Deicide, The Haunted, Brutal Truth, Exmortem ou les délicieux Usurper), nous sort son groupe formaté MTV à lui, Addiction Crew. La formation italienne œuvre donc dans un nu-metal extrêmement pop, très lisse et propret, et maheureusement complètement plat. Honnêtement, que pouvait-on attendre d’un groupe officiellement défini comme « un mix entre Linkin Park et Evanescence, d’accord, mais avec plus de puissance et une identité propre »? Tu parles…

Au moins un bon point pour le groupe: comme pour tout album de nu-metal, le son est extrêmement travaillé. Ce style étant en grande partie influencé par la pop, les arrangements sont légion et le son doit, en conséquence, être nickel. On n’y coupe pas, avec un album à la prod très professionnelle mais également froide et manquant de pêche. Le son de guitare saturé possède cette petite touche électronique propre à Linkin Park et est relativement heavy, mais échoue à créer une réelle impression de mur sonore. En gros, tant que la guitare est seule ça va, mais dès qu’elle se retrouve noyée sous les claviers, samples, voix, etc, elle se retrouve très en arrière. Pour le reste, par contre, c’est parfait, chaque instrument ressort sans problème.

La musique? Et bien euh… Relisez le chapeau introductif de cette chronique. Linkin Park pour le côté nu-metal hyper accessible, aux structures pop, aux refrains faciles, etc, et Evanescence pour le chant féminin. Et juste ça, car je n’ai trouvé aucun réel point commun entre le métal mélancolique d’Evanescence et ce produit à deux balles (le mot est lâché). La chanteuse Marta, nouvellement recrutée dans le groupe (tiens tiens!), n’a en aucun cas le timbre fascinant ni la puissance d’Amy Lee. C’est une chanteuse soi-disant de Rn’B qui sonne surtout très dance, a un registre limité et un timbre joli mais pas ineffable. Par contre la plastique de la donzelle étant plus qu’attirante, je la soupçonne d’avoir joué son rôle dans son recrutement. Non, c’est tellement inspiré Linkin Park que c’en est gênant… Car ce n’est pas très bon!

Autant les deux albums de Linkin Park m’avaient plu, autant Addiction Crew me laisse de marbre. Il ne suffit pas de s’installer dans un style pour faire de la bonne musique, et cet album prouve, de manière assez paradoxale, que le nu-metal est un vrai genre, dans lequel la réussite n’est pas automatique! La structure « gros riff d’intro / couplet mélodique avec samples et bruits bizarres/refrain popissime en accords/retour du gros riff d’intro et rebelote » n’assure pas le succès. Ici, tout sonne déjà entendu, ce groupe n’apporte strictement rien au style musical qu’il défend. C’est creux, c’est plat, c’est lisse. Le chant masculin rappé tirant sur le hardcore n’apporte pas l’agressivité qu’il devrait, les riffs sont dénués d’inspiration, les samples sont pauvres, les harmonies cousues de fil blanc. A part sur un titre speed comme "Crack File", efficace à défaut d’être original, ça n’est même pas pêchu ou énergique! Linkin Park a créé son style, et bénéficie de bons compositeurs ainsi que d’un excellent chant. Addiction Crew n’a rien de tout ça.


Résumé: Addiction Crew est un groupe sans âme. Rien chez eux ne provoque l’envie de repasser le moindre morceau. Rien chez eux ne semble émaner de cette « identité propre » qu’Earache met en avant. Dans un genre si décrié par les métalleux en général, Addiction Crew ne fera que renforcer les clichés en sortant encore un album techniquement parfait, bourré de tubes potentiels mais musicalement facile et vain. Le pire, c’est que ce groupe va très probablement squatter les ondes, les émissions pour djeunz et les MTV Music Awards! Le nu-metal n’est pas prêt de se faire une crédibilité avec de tels ratages…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1