1127

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Niilo Sevänen
(chant+basse)

-Ville Friman
(guitare)

-Ville Vänni
(guitare)

-Markus Hirvonen
(batterie)

TRACKLIST

1)Nocturne
2)The Day It All Came Down
3)Daughter of the Moon
4)Moment of Reckoning
5)Bereavement
6)Under the Plaintive Sky
7)Resonance
8)Death Walked the Earth
9)Disengagement
10)Closing Words
11)Song of the Forlorn Son

DISCOGRAPHIE


Insomnium - Since The Day It All Came Down
(2004) - doom metal melodeath - Label : Candlelight



Insomnium: un nom à retenir dorénavant...j'ai pris une claque musicale dès le premier morceau de cet album, second du groupe après un In The Halls Of Awaiting qui fut véritable révélation. Insomnium joue du death metal mélodique et le joue bien. Lorgnant du côté d'In Flames, Opeth, Amorphis et Swallow The Sun (pour les influences majeures), ce groupe finlandais en jette littéralement à la figure. En témoigne le premier titre: "The Day It All Came Down", d'une puissance et d'une intensité rarement atteinte (mais vraiment!), entrecoupée d'une plage acoustique élégante et réussie, rappelant fortement Opeth...

Introduit par un instrumental du plus bel effet ("Nocturne"), qui nous plonge dans une ambiance très doomesque, typiquement finlandaise, "The Day It All Came Down" est tout simplement un des meilleurs morceaux de death mélodique tout court. Soutenus par une rythmique impeccable (la guitare est incroyable), des riffs ravageurs vont et viennent sans crier gare (mention spéciale aux entrecroisements des guitares rythmique et lead vers trois minutes trente) tout le long de l'album. Swallow The Sun n'est jamais très loin en ce qui concerne la voix du chanteur, qui réussit le tour de force d'hurler et de sussurer sans jamais faiblir un instant. J'avoue avoir un petit faible pour cette voix caverneuse mais néanmoins très audible (on comprend aisément les paroles) et crédible (qui n'en fait jamais trop, mais transporte l'auditeur), qui est une des meilleures selon moi avec celle d'Äkerfeldt.

La production, monstrueuse, compacte (Insomnium joue dans deux camps extrêmes, à la lisière du doom et du death), finalement impeccable achève de faire des tous les morceaux des classiques. Chaque titre fait preuve d'une assurance mélodique à toute épreuve ("Daughter Of The Moon", gé-ni-ale). Mais la force du groupe, c'est de composer des morceaux à la fois doom, par conséquent très lourds, et à la fois death pour les rythmiques majoritaires en ce sens, mais aussi, et c'est là où le groupe se démarque (même si ce n'est plus foncièrement original maintenant) dans le bon sens, des plages acoustiques de toute beauté (la guitare dans "The Moment Of Reckoning", "Bereavement" et "Resonance", magnifique intermède pour calmer le jeu avant de repartir de plus belle).

Since The Day It All Came Down est donc composé de main de maître. Les musiciens sont tous de fins techniciens et des artistes avérés (ils ont le sens de la mélodie accrocheuse) et il s'avère que le plaisir se fait de plus en plus intense au fil des écoutes: en voilà un album qui tiendra la cap du temps sans problème; il est assez varié, homogène en qualité et diablement prenant ("Disengagement", la pièce maîtresse de l'album, restera dans les annales: huit minutes trente-neuf de pur bonheur rageur). Pour vous dire, à chaque écoute, j'en ai des frissons. En fait, Insomnium et cet album en particulier sont l'alternative parfaite aux réfractaires du doom qui en aiment néanmoins la puissance et la mélodie et qui apprécient particulièrement le death metal: Since The Day It All Came Down est en ce sens assez entraînant (le headbanging est de rigueur) pour remporter tous les suffrages.


Mélomanes, amateurs de doom, de death et d'ambiances syncopées (c'est bourrin mais cathartique), cet album est fait pour vous. Même les autres d'ailleurs, qui peuvent pencher une oreille intéressée sans problème sur ce joyau. Encore une fois: écoutez "The Day It All Came Down" qui est tout simplement un des meilleurs morceaux de death mélodique jamais compsés, embrayez sur "Disengagement" puis sur "Daughter Of The Moon", pour vous rendre compte du potentiel énorme de ce groupe assez novateur et en tirer la substantifique moëlle. Un pur joyau, vous dis-je.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3