1111

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 07 octobre 2007
Sa note : 17/20

LINE UP

-Jim Spencer Blues Explosion
(basse+chant)

-Lemon Ed
(chant+guitare)

-Trint Eastwood
(chant+guitare)

-Daff Lepard
(batterie+chant)

TRACKLIST

1)Noise Pollution
2)You Failed Me
3)Dinosaur
4)Snooze Button
5)Money And Success
6)You Can Be Evil
7)You Lie
8)Who Do You Think You Are?
9)Dark Sunday
10)Firecracker
11)System's After You
12)I Hate My Job
13)Unvoluntary Solitary

DISCOGRAPHIE


Uncommonmenfrommars - Noise Pollution
(2004) - rock punk - Label : Wagram




Trois ans après leurs débuts fracassants avec Vote For Me, les Uncommonmenfrommars s'assignent une bien difficile mission : sortir un successeur à cette réussite et faire encore mieux car entre temps, ils ont mûri musicalement et pris de l'expérience, du galon. C'est donc à des oreilles de fans exigeants que les franco-américains vont devoir faire face.



Comment remplir une telle mission ? Tout est très simple. Il suffit de faire encore plus de mélodies, des refrains toujours aussi travaillés et meilleurs encore et d'amplifier le sillon déjà creusé. Car cet album ne laisse pas de place au doute, et ce dès les premiers accords. La chanson-titre qui ouvre l'album possède déjà tout ce que le groupe sait faire, mais en mieux fait comparé à Vote For Me. Riffs imparables, mélodies diablesses qui savent vous emporter jusqu'au bout de la nuit, pêche communicative évidente et refrain à emballer-peser n'importe quel chaland de passage. Refrains toujours exécutés à plusieurs chants et avec une plus grande maestria dans le groove qui oblige au headbanging. Bref, touché-coulé. Entendre ce «We're gonna burn this fucker down» est un réel plaisir. Les Uncommonmenfrommars ont progressé, c'est évident. Le mieux, c'est que non content de commencer la galette par un titre aussi accrocheur, ils continuent sur tout l'album. En effet, chaque chanson est un ode à la bonne humeur et à tout ce que le groupe sait faire. "Dinosaur" se permet d'être supérieure à "Noise Pollution" avec un refrain entêtant au possible.

Bien sûr, toutes les références aux icônes du punk rock sont toujours là (NOFX, Bad Religion etc ...) et elles sont toujours assaisonnées à la sauce Uncommonmenfrommars. Et c'est peut-être là un des points les plus remarquable du groupe. Sonner délicieusement unique alors qu'il pourrait être résumé à un copier-coller des plus grands groupes de punk rock californiens. Mais que nenni. Nos frenchies ne mangent pas de ces frites là. Ils sont Uncommonmenfrommars, point. Sur les évolutions à noter par rapport à Vote For Me, outre cette progression dans l'excellence, on sent une légère accélération du rythme. Le boum boum est plus présent qu'auparavant. Vraiment pas un mal pour l'amateur de NOFX qui dort en chacun de nous (sauf que vous ne le savez pas forcément). Cela confère une pêche plus grande encore aux hymnes du groupe, et c'est un point plus que non négligeable quand on parle punk rock. Au niveau régalades, la basse est toujours aussi présente, toujours audible et souvent laissée seule pour s'exprimer via de magnifiques lignes. C'est vraiment une excellente initiative que les marsiens ont pris.

C'est ainsi que l'on tombe dans l'optimisme le plus béat et inobjectif. Pourtant on peut reprocher 2-3 choses à un album de cette trempe. La plus évidente, c'est qu'il risque de lasser ceux pour qui le punk rock n'est pas l'Absolu musical. Oui, s'il reste diversifié pour son genre d'origine, cela reste toujours à peu près la même recette sur chaque chanson et donc une source évidente d'ennui pour l'amateur de passage. D'un autre côté, le groupe ne fait pas de la musique pour eux. Les reproches 2 et 3 ? Il faudra repasser car ils ne sont pas là. Car voilà la plus grosse menace qui pèse sur les Uncommonmenfrommars, s'enfermer dans leur style et rentrer dans une routine. Fort heureusement, on n'en est pas là au bout de 2 albums et il faut savoir apprécier ce qui nous est donné en pâture. Et force est de reconnaître que la pâture est fort bonne. On s'étonne toujours autant d'entendre autant de californisation dans un groupe français, et on s'étonne toujours autant d'entendre un groupe français pouvant à ce point marcher à l'international.


Un album du plus mieux en fait. Les mélodies sont plus maîtrisées, instrumentalement c'est mieux joué et les idées sont plus mieux développées. Du tout bon en sorte qui ne pourra que réjouir les amateurs de punk rock mélodique. Ceux qui n'aiment pas le genre n'ont a priori rien à trouver ici. Mais ils pourront saluer la solidité remarquable de toutes les compositions.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5