1093

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Yo
(chant)

-Benji
(guitare+chant)

-Mathieu
(basse)

-Romain
(batterie+chant)

TRACKLIST

1)Incoming
2)Willing
3)Lead Wire
4)Tainted Vision
5)Perception
6)Acting Through An Image
7)Our Condition
8)Downtown
9)Through Reliance
10)Wonderland
11)Johnny Got His Gun
12)Constant Disrespect
13)Hate Me !

DISCOGRAPHIE

Wonderland 01 (2006)

Imply In All - Wonderland 01



La plupart des musiciens le savent : s'il est assez facile de classer la musique des autres il est habituellement très pénible de trouver une étiquette valable pour la musique que l'on compose et joue soi-même. Prenons le cas des bordelais d'Imply In All : ils se définissent comme du « blasting emo deathcore » et ils ont sûrement leurs raisons pour ça... mais ça n'est pas vraiment représentatif de leur style. Death, la musique d'Imply In All l'est, hardcore aussi... mais on se demande bien pourquoi l'élément emo est cité comme une composante à part entière! Tout ça pour dire que même si vous n'aimez pas l'emo vous risquez d'accrocher tout de même à ce Wonderland 01, et pas qu'un peu...

En tout cas une chose est sûre : les amateurs d'ambiances sucrées et bucoliques peuvent passer leur chemin. Imply In All fait avant tout du death et envoie le bois dès les premières notes du premier titre "Willing". Riffs ultrarapides mais mélodiques tout de même, chant hurlé très énergique et moderne (plus emocore ou black que death d'ailleurs), niveau général de jeu très élevé, sens des transitions imposant... Imply In All ne laisse dès le début aucun doute sur son statut de groupe très balèze. La force principale du combo repose sur la double utilisation constante d'une approche rythmique et mélodique : les mosh-parts hardcore sont syncopées et efficaces juste comme il se doit alors que les riffs extrêmes et rapides sont souvent extrêmement mélodiques comme dans "Lead Wire" qui va fureter de temps en temps du côté d'un black froid et implacable.

Wonderland 01 est un album très bien foutu et dont les petites surprises de composition font vraiment leur effet quand elle surviennent. L'étiquette émo finit par enfin prendre son sens quand le groupe pose ça et là des breaks mélodiques en son clair qui saisissent aux tripes : l'intro posée de "Perception", les moments d'introspection qui viennent interrompre les déferlantes de violence de "Constant Disrespect" et les autres interventions du genre sont toutes très bien senties et donnent une nouvelle dimension à la musique des Bordelais. Dommage qu'ils soient peu nombreux par contre : au vu de la facilité avec laquelle le groupe enchaîne les plans emo et extrême quand il le fait, on se prend à regretter qu'il ne le fasse pas plus souvent et que l'emo ne soit au final qu'un ingrédient mineur dans leur recette globale.

Car il est temps de pointer du doigt le gros problème du groupe : il a malheureusement tendance à trop se reposer sur l'impact indéniable de sa formule de base, et il se répète donc au bout d'un moment. Un titre comme "Acting From An Image" semble être un mix des riffs de toutes les autres chansons, et en écoutant l'album en entier plusieurs fois d'affilée on se rend bien compte que tout ça se ressemble un peu... le regret concernant les parties emo en est renforcé, car on se dit que si le groupe avait posé plus de breaks mélodiques il aurait réussi à varier la sauce! L'intertitre "Downtown" fourmille d'idées qui ne sont plus exploitées ailleurs, et les tics de jeu du batteur (les rythmes speed en deux temps sont TOUS identiques) et des guitaristes (riff extrême mélodique / riff core syncopé / on recommence) finissent par vraiment lasser. Dommage...


Ce Wonderland 01 est donc de ces albums qui mettent une énorme claque lors de la phase de découverte pour devenir ensuite légèrement frustrants à force de ne pas être aussi bons qu'ils le devraient. Mais ceci ne gênera que les perfectionnistes obsessionnels : les fans de death et de métal brutal et inventif en général seront plus que satisfaits par cette galette méchante, mélodique, intense et catchy. Vaut clairement le détour.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7