1078

CHRONIQUE PAR ...

26
Mucopurulence
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Thomas Wilkinson
(guitare)

-Ross Dolan
(chant+basse)

-Robert Vigna
(guitare)

-Alex Hernandez
(batterie)

TRACKLIST

1)Of Martyrs And Men
2)Sinful Nature
3)Unholy Cult
4)Wolf Among The Flock
5)Reluctant Messiah
6)A Kingdom Divided
7)Rival The Eminent
8)Bring Them Down

DISCOGRAPHIE


Immolation - Unholy Cult
(2002) - brutal death - Label : Listenable Records



Immolation, voila un nom qui fait frémir et il y a de quoi parce qu’on a affaire ici à un des fleurons du brutal death à l’échelle internationale. Originaire de New-York, ce groupe a su se forger une solide réputation dans l’underground depuis la fin des années 80 à force de jouer encore et encore dans les plus divers clubs miteux des Etats-Unis. Leur premier album Dawn Of Possession sorti en 1991, totalement culte, est aujourd’hui sold out depuis des années et c’est donc grâce à Metal Blade que ce groupe pourra éclater au grand jour. Ramassé par un coup de génie par le label français Listenable, Immolation apporte donc son cinquième album Unholy Cult, qui synthétise à merveille ce qu’est ce groupe.

« Seulement le cinquième album en vingt ans » pourrait-on reprocher à Immolation et on n’aurait pas forcément tort… Mais à constater les chefs d’œuvres sortis par ce groupe, on se dit que l’attente en valait la peine. C’est donc quatre ans qui se sont écoulés entre le brutalissime Close To A World Below et ce Unholy Cult ! Alors qu’est ce qui a changé entre ces deux albums?? Et bien pas grand-chose en fait. Le visuel du groupe est toujours aussi fortement sombre avec cette pochette réalisée par Andreas Marschall qui peint pour le groupe depuis leurs débuts, et réalise des pochettes totalement dans leur univers. C’est donc un fond d’antichristianisme virulent qui anime les textes de nos compères new-yorkais qu’ils nous assènent à grand coup de riffs dévastateurs et oh combien maléfiques!!!

C’est une des grandes forces d’Immolation que de développer des atmosphères très sombres qui ne sont pas sans évoquer le black métal, ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le groupe est catalogué black-death… Les riffs sont donc très gras, parfois lents même, et l’enchevètrement entre les deux guitares restitue parfaitement cette atmosphère malsaine. Les guitaristes jouent des lignes différentes ce qui accentue très fortement l’effet de malaise qu’on peut ressentir et le tout est illuminé par les solos hyper travaillés de Robert Vigna qui depuis toujours se révèle un soliste très efficace. Dès le premier titre on entre dans le vif du sujet, "Sinful Nature" est dans la continuité de l’album précédent avec une partie de batterie ultra puissante et qui blast parfaitement avec une dextérité exemplaire et une rythmique de métronome. Puis le deuxième titre continue à en mettre une couche supplémentaire puisqu’il est encore plus rapide. Puis le titre qui a donné son nom à l’album nous arrive avec ses guitares lancinantes. Morceau épique de huit minutes, "Unholy Cult" ralentit la vitesse et la noirceur prend ici toute son ampleur et sa majesté je dirais même.

Les autres morceaux sont plutôt mid-tempo mais surtout- et c’est là l’autre atout majeur d’Immolation- ils y a du GROOVE. Et oui, le death ça peut groover et ça fait en l’occurrence très très mal. Ici comment s’empêcher de tournoyer comme un hélicoptère??? Parfois ça donne limite envie de jumper (la fin du titre "A Kingdom Divided" comporte un riff et une rythmique presque néo-métal) et c’est totalement jouissif. Sur cet album, Immolation ne déroge pas à cette règle et malgré la noirceur ultime de chacun des morceaux, ce coté brutal groove nous donne des titres très accrocheurs qu’on pourrait presque chanter sous la douche !!


Bon il y a des moins sur cet album quand même… En effet, Immolation a déjà sorti des albums de cette trempe et cette fois-ci n’apporte pas réellement de nouveautés à son jeu. On peut aussi leur reprocher d’être trop « carré » dans le sens ou tout est parfaitement contrôlé et on a pas l’impression de folie et d’agressivité qui a du mal à se contenir comme sur le génial Close To A World Below par exemple. Bref, même si la recette a déjà été appliquée avant, Immolation nous offre un album de haute volée qui conforte sa place parmis les leader actuels de ce style. A noter qu’un DVD de la tournée sortira fin août 2005… Si tout se passe bien! On croise les doigts parce qu’Immolation en live c’est peut être encore plus énorme!!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4