107

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ben Hollyer
(chant)

-Matt Lerwill
(guitare)

-Steve Beatty
(basse)

-Andy Robinson
(batterie)

TRACKLIST

1)Hallowed Be thy Army
2)Friendly Fire
3)In My Magnificent Circus

DISCOGRAPHIE


October File - Hallowed Be Thy Army (EP)




Depuis le temps qu'on attend un groupe qui pourra définitivement redorer le blason du metal britannique et prouver que la brumeuse Albion a encore son mot à gueuler, les prétendants au trône ont défilé sur les couvertures de mags metal, avec une abondance propre aux starlettes de téléréalité, sans que quelque chose d'un tant soit peu durable en soit sorti.



Bon, vous direz : "et Oceansize, Amplifier, tout ça ?". Entendons-nous bien : ça compte pas, car trop prog ou trop rock, au choix. Peut-être qu'October File, lui, pourrait être réformé avec la mention "trop punk" ou - plus probable - "trop metalcore". La ligne directrice de Hallowed Be Thy Army, c'est un minimalisme dans les arrangements et des rythmiques à la frontière entre post-punk et industriel, des riffs souvent obsédants et répétitifs, le tout boosté à l'énergie hardcore et diluée de noirceur tantôt metal, tantôt rock alternatif. En l'espace des trois titres de cet EP - maxi ? single ? on s'y perd... - October File essaye de montrer une certaine subtilité dans les compositions, la manière d'enchaîner les ambiances malsaines et déjantées.

Le morceau éponyme surprend dès le début des hostilités par la diversité des nuances proposées, entre riffs déments, breaks basse/batterie, percussions hypnotiques. Tout de suite après, "Friendly Fire" crée à son tour un contraste : leitmotiv au rythme complètement boîteux mais tellement entêtant, un minimum de variations pour un titre qui s'articule en grande partie autour d'un seul riff. "In My Magnificent Circus" essaye enfin de faire la synthèse entre les deux compos précédentes : une multitude de riffs et de thèmes au service d'une même atmosphère d'inquiétude, de violence. Quand on rajoute à tout ça une production et un mixage de bonne facture, avec quatre instruments bien audibles, et des musiciens à la technique tout à fait adaptée au style - mention spéciale au chanteur, assurant à lui seul quelques mémorables montées en puissance -, on se dit que October File, sur un album à part entière, ça pourrait donner. Alors attendons de voir avant de réformer.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3