1068

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Varg Vikernes
(tout)

TRACKLIST

1)Feeble Screams from Forests Unknown
2)Ea, Lord of the Depths
3)Spell of Destruction
4)Channelling the Power of Souls into a New God
5)War
6)Crying Orc
7)My Journey to the Stars
8)Dungeons of Darkness
9)Stemmen Fra Gaarnet
10)Dominus Sathanas
11)A Lost Forgotten Sad Spirit

DISCOGRAPHIE


Burzum - Burzum / Aske
(1992) - black metal - Label : Misanthropy



Et voilà notre nazillon préféré à ses débuts! Count Grishnackh n’est pas encore très connu pour son très célèbre meurtre et il est plutôt une jeune pousse dont le talent ne tardera pas à éclore. Pour des démos ma foi, il faut se rendre à l’évidence, le jeune homme est très inspiré et propose un black metal simple (normal) mais ô combien pourvu d’une atmosphère à couper au couteau! Les ondes que dégagent le disque sont vraiment ténébreuses et la musique pose les bases de ce que sera l’éternel chef-d’œuvre Hvis Lyset Tar Oss. La production est bien évidemment ridicule, mais finalement pas forcément pire que pour les véritables albums qui suivront…

Surtout, on retrouve… que dis-je!, on découvre ce chant si particulier. Pas encore poussé à son paroxysme orgasmique (c’est pour la beauté de l’expression) de Hvis Lyset Tar Oss, il est déjà très écorché et montre à beaucoup de gens qu’il est possible d’avoir une personnalité en tant que chanteur de black. C’est clairement une des caractéristiques les plus remarquables de Mr Grishnackh, sans omettre son inspiration divine. Bon, ne nous emballons pas non plus car on sent encore une musique embryonnaire. Malgré leurs indéniables qualités, ces démos possèdent des défauts qui ne seront plus au goût du jour sur le toujours aussi fabuleux Hvis Lyset Tar Oss. Notamment une atmosphère qui se fera plus glaciale encore et des pertes de rythme, d’ambiance qui affectent l’ensemble. Il est bien étrange de passer par un "War" extrêmement banal finalement, qui ne paraît être qu’une resucée bien maladroite de Bathory sans dégager la moindre ambiance malfaisante. Un titre qui fait clairement tâche sur l’album.

Le reste est bien évidemment plus convaincant, on parle de Burzum bordel!, et comme je le disais plus haut, la musique plonge l’auditeur dans un effroi quasi constant. La diversité est de mise puisque chaque chanson possède sa propre personnalité (terme qui convient particulièrement dans le black) à part War la copieuse et renferme un petit quelque chose qui fait plaisir. Bien souvent il s’agit de l’ambiance, mais pas que. Par exemple le riff de "The Lord of the Depths" (non ce titre n’est ni ridicule ni inspiré du Seigneur Des Anneaux) toujours en étant jouissivement black metal est bien entraînant (!!). Ou encore le terrifiant (au sens premier du terme) dernier riff de "Spell Of Destruction". Vraiment monumental de noirceur et de détresse. En plus Burzum est mélodique et par cette caractéristique vraiment accessible à tous… Non je déconne, la production reste vraiment trop minable, gnierk gnierk gnierk.

A noter que le sieur Grishnackh s’occupe de tous les instruments et qu'outre faire ce qu’il désire exactement, cela lui permet de créer une musique clairement pas technique. Mais au moins il se permet d’insérer des soli presque aussi mythiques que ceux de Bathory à ses débuts. C’est franchement toujours aussi poilant d’entendre des soli dans un groupe de black pareil. Et au fait, à quel stade de développement le clavier se trouve-t-il? Cette composante essentielle de l’inimaginable Hvis Lyset Tar Oss (oui je bassine) est ici présente certes, mais dans une abondance nettement moins abondante. Disons carrément qu’il se fait très rare. Mais il est toujours au poste et clame son droit à la parole sur "Channelling The Power of Souls Into A New God". Il pose d’ailleurs les bases de ce que sera son son plus tard. Mélancolique, désespéré, mièvre. Sublime.


Il n’y a pas grand-chose d’autre à rajouter sur ce disque puisqu’il pose les prémices admirables des futurs albums de Burzum. Une musique hantée, glaciale et qui possède un côté magique vraiment unique. Amateurs de black malfaisant, tombez sous le charme!

P.S : amateurs de bruit, vous trouverez votre bonheur sur "Dungeons Of Darkness"


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2