1055

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Andy B. Franck
(chant)

-Torsten "Todde" Ihlenfeld
(guitare)

-Milan "Mille" Loncaric
(guitare)

-Andreas Mailänder
(basse)

-Dieter Bernert
(batterie)

TRACKLIST

1)Worlds Are Comin' Through
2)Inside The Monster
3)All Those Words
4)Lifeline
5)Invisible Enemy
6)Heavenly
7)Painside
8)Despair To Drown
9)Mask Of Life
10)Even Higher
11)Burns My Soul

DISCOGRAPHIE


Brainstorm - Liquid Monster
(2005) - heavy metal - Label : Metal Blade Records



De retour en ce mois d'avril, le représentant emblématique du power-metal germain nouvelle génération signe avec Liquid Monster un album qui confirme tout le bien que l'on pensait d'eux. De belles séances de headbanging en perspective, grâce notamment à une section rythmique ahurissante, peut-être l'une des plus solides de ces dernières années. L'atout principal du combo est exploité à sa juste mesure tout au long de ce Liquid Monster. Mais malheureusement, des lignes vocales peu travaillées nous font passer - de peu - avec cet album à côté de quelque chose qui aurait pu être énorme. En réalité, Liquid Monster est un disque assez rageant.

Pourquoi cela? Parce que le groupe avait le potentiel nécessaire pour pondre un chef d'oeuvre. Et parce qu'on l'évite d'un chouia. Arrêtons-nous sur l'ouvreur "Worlds Are Coming Through": tout ce que l'on est en droit d'attendre d'un groupe de metal est bien présent: des riffs tueurs, une voix très à l'aise dans un registre assez énervé, un son de clavier original -quoiqu'assez circonpect-, une batterie assassine. Seules les mélodies vocales déçoivent, et c'est pour cela même qu'elles déçoivent beaucoup. Une telle maîtrise instrumentale mériterait ce qui se fait de mieux en matière de chant, or ici, sans être mauvais, Andy B. Frank arpente des sentiers archi-connus. Et l'ensemble perd en crédibilité: quel fan de heavy délaisserait cet aspect essentiel de la musique?

La déception est la même quasiment partout. Les leads mélodiques de "Inside The Monster" et son grand, son très grand bridge, laissent espérer un refrain remueur de tripes. Il n'en est rien, malheureusement. Idem pour les speedés "Lifeline" ou "Despair To Drown". Liquid Monster est un album de qualité, aucun doute, mais il aurait pu être bien meilleur. Pour s'en assurer, écoutez les essais du groupe mid-tempo. Très catchy, "Painside", "Burns my Soul", ou encore "All Those Words" préfigurent du meilleur. En particulier ce dernier titre, qui jouit d'un grand travail sur les rythmiques, et d'un clavier plus présent. Mais peu, trop peu souvent, l'ensemble décolle. Surprise, c'est la ballade "Heavenly" qui transporte le groupe à un niveau supérieur, avec une voix étonnamment expressive (on n'aurait pas cru Andy capable de ça!) et un solo de guitare gracieux. Très joli. Au rang des réussites, et il y en a tout de même beaucoup, signalons également au passage les articulations rythmiques (eh oui, encore) du titre "Mask Of Life", avec une introduction mignonnette à la Iced Earth, saupoudrée de leads excellents, et un batteur déchaîné; et "Even Higher", où pour le coup, les lignes vocales des couplets sont admirables, dans la mesure où elles accompagnent des riffs sur lesquels la plupart des groupes auraient eu un mal de chien à dénicher une mélodie. Quel rythme, nom d'un chien, quels riffs!


Malgré tout, on ne pourra pas accorder à Liquid Monster une note exceptionnelle. La déception est trop importante. Un groupe de ce niveau doit être capable de sortir des carcans vocaux mille fois entendus. L'usage très convenu des choeurs n'arrange rien. Pour un groupe moyen, ce défaut serait apparu comme minime. Pour Brainstorm, on ne peut laisser passer cela sans broncher. Les gaillards s'en tirent avec les honneurs, mais avec seulement une mention assez bien. Le prochain sera le bon, on y croit!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2