1053

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 8/20

LINE UP

-Connor Lovat-Fraser
(chant)

-Jeff Davis
(guitare+chant)

-Andy Lewis
(guitare)

-Dave Costa
(basse)

-Ben Arseneau
(batterie)

TRACKLIST

1)Get Your Head Straight
2)Swift and Unforgiving
3)Push and Pull
4)Up with Me
5)Heirs of Error
6)Let Me Be Your Swear Word
7)Hey, Thanks
8)Fall for the Drinker
9)Apartment 4
10)Reason Ain't Our Long Suit
11)It Won't Be Long

DISCOGRAPHIE


Boys Night Out - Boys Night Out
(2007) - pop punk - Label : Ferret Music



Il est des questions qui reviennent sans cesse faute de trouver une réponse appropriée. La pénurie de pétrole arrivera-t-elle dans vingt ou deux cent ans? Le vaccin contre le SIDA verra-t-il le jour? Internet est-il plus un facteur d'isolement ou de rapprochement des gens? Où est passé mon Astonishing X-Men n° 23? Comment certains groupes peuvent-ils composer des albums totalement dénués d'identité et être heureux quand même? Même si toutes ces interrogations sont dignes d'intérêt (c'est celui où on apprend pourquoi Cyclope ne peut pas contrôler sa rafale optique, merde!), vous aurez compris que celle qui nous intéresse le plus concernant cet album de Boys Night Out est la dernière.

Il était une fois une chaîne de télé qui avait tellement mis un genre en avant qu'elle a fini par incruster son nom dans ledit genre. On n'imagine pas parler de « R'nB M6 », et pourtant le terme « pop-punk MTV » est devenu une formule consacrée, synonyme dans l'esprit de beaucoup d'images de jeunes skaters en baggy aux coiffures Vivelle-Dop, de jeunes gothiques à décolleté ou encore de plans larges d'un campus américain (avec des plans de coupe sur la blondasse et ses copines les pouffes, le capitaine de l'équipe de foot et les bizuths boutonneux qui trippent sur leurs calculatrices). La première impression en écoutant ce Boys Night Out est donc d'avoir affaire à un enième groupe de pop-punk MTV, merci les guitares rock énergiques mais surtout pas méchantes, les refrains mélodiques cucul et surtout ce chant si caractéristique. Totalement lisse comme il se doit (pop-punk et vibrato sont antinomiques), plutôt aigu, juvénile dans le grain, on se sent tellement en terrain connu en écoutant la voix de Lovat-Fraser qu'on se dit que tout l'album va être à l'image de "Get Your Head Straight", premier titre qui pourrait servir de jingle publicitaire pour Vans. Sauf que.

Sauf que possédant visiblement un semblant de conscience, les Boys Night Out ont décidé d'anticiper sur ce genre de critique et de parfois varier leur musique, peut-être histoire d'être plus qu'un groupe à teenagers. Pour ce faire, ils ont décidé de pomper des groupes de pop anglaise et de les intégrer à leur formule si clichesque et prévisible. C'est ainsi que le refrain de "Up With Me" est du Franz Ferdinand pur jus, que "Let Me Be Your Swear Word" évoque Blur et que la ligne de chant de la piano-ballad "It Won't Be Long" semble être directement sortie du cerveau gonflé des frères Gallagher d'Oasis... sauf quand le chanteur s'énerve enfin... quelques secondes. Le reste de l'album se compose de la formule de base parfois enrichie de quelques gimmicks histoire de : "The Heirs Of Error" fait ressortir un côté hardcore qui semble avoir été ajouté après-coup, "Hey Thanks" n'a qu'un riff de guitare synthé dans le refrain pour seule originalité, et ainsi de suite. Ajoutez des paroles profondes et racées (« We may suffer together, but we all die alone », wow) en plus de choeurs pénibles que Blink 182 a déjà fait en mille fois mieux, et vous aurez compris que tout ça est assez beurk.


Faussement varié, assez peu énergique et bien trop bateau pour être catchy, ce Boys Night Out n'a vraiment pas grand-chose pour lui. Même les ados à mèches fans du genre devraient se rendre compte que cet album n'apporte strictement rien à la sauce, à part une tentative ratée de lier pop anglaise et pop US sur quelques titres. Espérons qu'un vrai groupe reprendra l'idée pour en faire quelque chose de potable, et en attendant laissons cet album insignifiant et répétitif dans les bacs.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4