1046

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Che
(chant)

-Dom
(guitare)

-Karl
(guitare)

-Rob
(basse)

-Roel
(batterie)

TRACKLIST

1)Relentless
2)Behind Enemy Lines
3)Stop at Nothing
4)Bury Me Fighting
5)Crusader
6)Grey Life
7)War Is On
8)Scorched Earth
9)Eyes of the World
10)Doomsday Clock
11)Iron Will

DISCOGRAPHIE

In Love With The End (2005)
War (2006)
Survival (2008)

(2006) - hardcore - Label : Metal Blade Records



Avant de commencer cette chronique, laissez-moi vous conter une anecdote : un lecteur furieux nous envoya un mail un jour car la chronique d'un album de Born From Pain présente sur le site ne lui plaisait point. Il faut dire que notre célèbre TheDecline01, déstabilisé par l'absence de poulet égorgé sur la pochette et de corpsepaint sur les visages des musiciens, avait décrété qu'il s'agissait de « power-néo thrashisant ». C'est donc au nom de la rédaction toute entière que je tiens à présenter les excuses des Eternels : Born From Pain ce n'est sûrement pas du power néo thrashisant, c'est du hardcore-métal inégal. Merci de votre attention.

«WAR! WAR! WAR!» Voici les doux mots sur lesquels s'ouvre ce nouvel album de Born From Pain, mots hurlés par ce qui semble être une cohorte de rugbymen en rut. On sourit quelques instants puis "Relentless" arrive et les caractéristiques fondatrices du hardcore tel que le groupe le pratique sont mises en pleine lumière : gros son, batterie écrasante, riffs sans originalité et chant banal. Les moments de pur core présents sur l'album se divisent entre rythmes mid-tempo taillés pour les mosh-pit et passages speed qui confinent au thrash et envoient mine de rien pas mal le bois : quand le groupe met le pied au plancher sa puissance destructrice est conséquente malgré la lassitude qu'apporte le chant trop souvent prévisible rythmiquement.

En dehors de ces deux approches Born From Pain sait proposer d'autres formules plus intéressantes, tel l'up-tempo et les mélodies d'un "Stop At Nothing" très métal, l'instrumental inattendu "The War Is On" ou un "Eyes Of The World" dont les couplets sont bien plus thrash que hardcore... mais ce sont malheureusement des exceptions face auxquelles pullulent des titres hardcore old school sans surprise aucune comme "Bury Me Fighting" ou "Doomsday Clock", la palme revenant au très pénible "Crusader". En fait Born From Pain tombe dans le même écueil que pas mal des groupes de hardcore en activité aujourd'hui : ils ont eu la bonne idée d'insuffler du métal pour varier leur formule mais leurs parties purement core semblent en comparaison assez plates.

Et oui : c'est bien joli de balancer des plans métal et thrash pour enrichir le tout mais c'est en tant que groupe de hardcore que les Born From Pain déçoivent. Pourtant l'équilibre peut être parfait, comme sur le titre "Grey Life" dont le feeling est totalement métal alors que le chant de Che reste archétypal du core. Le speedé "Scorched Earth" confirme encore cet état de fait : les plans core sont ennuyeux, mais quand le groupe part titiller Slayer (ce solo!) ça prend tout de suite une autre dimension. Le décalage entre titres HxC old school lourdingues et titres core-metal vraiment bons est usant à longueur d'album, et la proportion de bonne musique inventive sur le tout n'est pas suffisante pour effacer l'impression de déjà entendu qui s'installe trop souvent.


Cet album de Born From Pain laisse donc une impression mi figue-raisin : alors que le groupe révèle un réel talent dans le mariage HxC/métal, il est tristement banal dès que la part de métal disparaît. Il faudrait presque que le groupe laisse une bonne fois pour toutes l'approche old school derrière eux car ce n'est pas elle qui lui réussit le plus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5