1038

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Eric Bloom
(guitare+chant)

-Donald Roeser
(guitare)

-Allen Lanier
(claviers)

-Joe Bouchard
(basse)

-Rick Downey
(batterie)

TRACKLIST

1)Dominance and Submission
2)Cities on Flame
3)Dr. Music
4)The Red and the Black
5)Joan Crawford
6)Burnin' for You
7)Roadhouse Blues
8)Black Blade
9)Hot Rails to Hell
10)Godzilla
11)Veterans of the Psychic War
12)E.T.I. (Extra Terrestrial Intelligence)
13)(Don't Fear) The Reaper

DISCOGRAPHIE


Blue Oyster Cult - Extraterrestrial Live
(1982) - hard rock - Label : Columbia



Avant de commencer la chronique, une petite présentation du culte de l'huître bleue s'impose. Blue Öyster Cult est un des grands oubliés du hard rock des années 70 et certainement un des groupes les plus avant-gardistes de cette génération. Partant d'une base foncièrement rock 'n' roll, ce groupe a débordé d'inventivité tout au long de sa carrière, en n'hésitant pas à incorporer divers éléments rendant sa musique particulièrement riche et variée. On retrouve en vrac : jazz, psychédélique, pop, heavy metal, prog, new-wave, hard FM, gothique et j'en oublie sûrement...

L'un des points faibles de ce groupe est sa carrière en dents de scie, avec des points culminants et des périodes de vache maigre (à la fin des années 70 et au milieu des années 80). L'inactivité du groupe durant les années 90 (seulement deux albums studio sortis, et encore, le deuxième est sorti en 2001) lui a été fatal et ils sont du coup tombés dans l'oubli. Bien peu de personnes s'intéressent à eux désormais (quoique l'effet Metallica avec la reprise d'"Astronomy Domine" a bien dû susciter des curiosités). L'absence de standards aussi populaires qu'un "Smoke On The Water" ne pousse pas tellement les plus jeunes à s'y intéresser. A part le trip «hippie babos »de "(Don't Fear) The Reaper", que je n'aime pas trop d'ailleurs, je ne vois aucun morceau dans leur carrière qui ait bénéficié d'un d'impact comparable.Encore un live! Après les live légendaires On Your Feet Or On Your Knees et Some Enchanted Evenings, Blue Öyster Cult mise une fois de plus sur la fureur dégagée lors de ses prestations et nous propose un double live censé marquer la fin d'une ère, celle de l'âge d'or du groupe. Faisant suite à deux albums top niveau (Cultösaurus Erectus et Fire Of Unknown Origin), on aurait pu s'attendre en toute logique à un live... top niveau ! Ben non !
La diversité du répertoire que j'ai évoqué plus haut ne se retrouve que partiellement ici. Ce sont surtout les titres les plus rock et les hits qui sont interprétés afin de plaire au plus grand nombre sans se casser les dents. Mais on ne retrouve pas toujours la finesse dont peut faire preuve Blue Öyster Cult. Le batteur Albert Bouchard (principal compositeur du groupe, il apparaît sur deux titres ici, "Black Blade" et "Dominance And Submission") est déjà parti et les prochaines productions du Cult n'atteindront plus jamais le même niveau des classiques. Dommage car Albert Bouchard est un meilleur batteur que Rick Downey ici présent.Alors, quoi de neuf ? Le groupe a compilé différentes dates de concerts et comme c'est souvent le cas dans ce genre de démarche, les blancs entre chaque morceau nuisent fortement à l'ambiance générale et à la continuité du live. Et puis le public, on ne l'entend pas beaucoup non plus, si bien qu'on a l'impression d'écouter le groupe en train de répéter pendant les balances avant chaque concert (ne rigolez pas, certains groupes comme Judas Priest ou Kiss ont enregistré leurs albums live comme ça, afin de conserver une acoustique identique pour le son).
Le Cult puise dans tous ses albums, allant du premier (avec un titre: "Cities On Flame") à son dernier album en date, l'excellent Fire Of Unknown Origin (avec trois titres: "Burnin' For You", "Veteran Of The Psychic Wars" et "Joan Crawford"). Dommage que ces titres de Fire Of Unknown Origin n'apportent pas grand-chose par rapport à leurs versions studio, déjà pas très pêchus à la base, la production de Martin Birch étant particulièrement léchée sur ce disque sans qu'elle soit artificielle.Seulement un extrait du chef-d'oeuvre de heavy metal sophistiqué et cérébral, Cultösaurus Erectus. "Black Blade" est délivré ici dans une version très agitée, mais fait un peu léger.
Les titres qui bénéficient le plus du traitement live sont indiscutablement ceux des albums les plus faibles de la fin des années 70, Mirrors et Spectres pour des versions puissantes de "Godzilla" et "Dr. Music", deux classiques rock très efficaces. On Your Feet Or On Your Knees contenait sa reprise ("Born To Be Wild") et Some Enchanted Evenings aussi ("Kick Out The Jams"), Extraterrestrial Live perpétue cette tradition avec un autre grand standard du rock, "Roadhouse Blues", avec en prime le guitariste des Doors, Robbie Krieger, en invité, pour une reprise réussie à défaut d'être géniale. Hormis "Joan Crawford" et "Veteran Of The Psychic Wars", Blue Öyster Cult ne prend pas beaucoup de risques dans le choix des morceaux et se contente de balancer ses gros hits ("Burnin' For You", "(Don't Fear) The Reaper", sûrement le plus connu de tous, et "Godzilla") ainsi que ses morceaux les plus rock 'n' roll. Tyranny And Mutation et Secret Treaties contiennent pourtant des perles autrement plus élaborées que ce qui nous est proposé ici. On s'en contentera.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7