1030

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Nazgûl
(guitare+chant)

-Yxmarder
(guitare)

-Saphanoz
(basse)

-Fiebig
(batterie)

TRACKLIST

1)In melancholy
2)Griftevisa
3)Själslig Självdöd
4)Vanmakt
5)Horns
6)Ridding a pest
7)Illdjarn
8)Solitude
9)Praise suicide (bonus)

DISCOGRAPHIE


Blodsrit - Helveteshymner
(2004) - black metal - Label : Oaken Shield



Blodsrit, voilà un groupe de black venu de Suède qui a réussi à se faire un nom sur la scène black metal sans jamais réellement totalement percer. Pourtant le groupe en est déjà à son cinquième album et ce n’est pas force d’essayer puisqu’il se donne les moyens de son ambition avec une production qui dégage puissance, clarté et froideur caractéristique du genre. Quoiqu’il en soit, si Blodsrit n’atteint pas le haut des charts, il sait fabriquer des albums de black metal qui rappelleront aux plus blasés de bons vieux souvenirs.

Déjà parce que le groupe use de sa langue natale, le Suédois donc, pour illustrer son propos, il nous plonge dans les racines du black. En effet, il se dégagera toujours une touche bien roots de ces langues scandinaves. Ensuite parce que Blodsrit sait composer des chansons avec des riffs typiquement black metal. Simples et efficaces, les riffs glacés de cet album vous transporteront par delà les rives gelées de Suède. Ils s’enchaînent avec bonheur et leur qualité n’est jamais mise en défaut. Chacun apporte son café à moudre à la machine bien huilée qu’est Blodsrit. Leur consistance est d’ailleurs un des points forts de l’album. Elle lui permet de tenir les sens de l’auditeur éveillés du début à la fin de la rondelle.

Dans les autres atouts du groupe, il y a donc cette production diablement bonne. Sans sonner garage, le groupe a réussi à tirer la quintessence du black metal en sortant des studios. La froideur qui se dégage des guitares est un ode à l’enfer (aussi étrange qui cela puisse paraître…). Les chansons sont vraiment toutes autant d’hymnes à l’enfer (référence subtile au titre). Bien sûr, la batterie racle tout sur son passage avec ses lots fournis de blast beats et un son bien puissant, notamment pour la grosse caisse. Un peu moins pour la caisse claire qui a tendance à faire un peu casserole pour le coup. M’enfin globalement, c’est du gros son. Et c’est une partition sobre mais efficace.

Puis nous atterrissons sur le chant. Bien évidemment c’est du raclage de gorge en règle auquel nous avons droit, tout à fait black metal, il s’inscrit dans les canons du genre. Bon, par contre, c’est sûr qu’il n’a pas inventé l’eau chaude, mais au moins il apporte sa contribution à l’ensemble et ne le dénature pas. En fait il est à l’image de l’album, tout à fait black metal et respectueux des codes. Cela a pour conséquence naturelle qu’il ne vous faut pas chercher une quelconque once d’originalité dans la musique de ce Helveteshymner. Sa force, son attachement indéniable au black metal représente aussi sa limite. Si vous n’aimez pas le black, vous n’aimerez pas cet album. L’amateur lui en aura pour ses deniers, et ce d’autant plus s’il n’est pas en quête de sang neuf. A noter l’apparition un peu incongrue du chant clair sur Illdjnar. Au final, avec des compositions pas originales pour un pet mais très solides avec quelques très bons moments, cet album est un excellent représentant du genre. Il saura divertir l’oreille des amateurs pour leur faire passer un bon moment. Et puis la pochette est absolument superbe (c’est même une des raisons qui m’a fait me pencher sur l’album… sic). Du bon.

P.S: une reprise de Candlemass, "Solitude", est présente. Honnête et elle apporte un peu de calme à la tempête même si il y a quand même des blasts.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4