1021

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Greg Paturet
(chant)

-Fred Rochette
(guitare+basse)

-Marc Ducros
(claviers)

-Damien Brouillard
(batterie)

TRACKLIST

1)Dawm Of Time
2)Preacher (On TV)
3)Evil, Fakes And Stupids
4)When The Angel Cries
5)Unexpected Guest
6)Alien Nation
7)Illusions
8)Stop You Now
9)My Mind Is Gone
10)Jesus
11)Protect Her
12)Help !

DISCOGRAPHIE

Zone 51 (2004)

Fifty One's - Zone 51
(2004) - néo metal hard rock indus Rock éclectique - Label : Wagram



Vous me pardonnerez le jeu de mots pourri: cet album est un bel OVNI, complètement allumé dans notre très conformiste paysage metalleux français. OK, OK, mais c'est le seul qualificatif que j'ai trouvé immédiatement pour décrire ce quatrième album des franchouillards, conduits par le très «hype» Fred Rochette des P'n'F studios. Inclassable, popesque, voilà ce que nous apporte ce fameux Zone 51 du feu de dieu! D'habitude, je ne suis pas trop metal français, mais là je dois dire que je me repasse aisément la galette dans le mange-disques. Il faut aussi dire que cette galette est franchement osée, innovante et rafraîchissante.

En tous cas Fred Rochette et sa bande nous ont concocté un sacré programme, entre hard rock, rock, néo, indus et pop-rock, mais pas metal pour un sou, sans que l'une ou l'autre de ces références ne vienne empiéter sur le territoire de l'autre. Le sens du riff tranchant est aigu, le «catchy groove feeling» est aussi prégnant, comme sur "Dawn Of Time", "Evil Fakes And Stupids", qui emportent la palme de la mélodie simple mais monstrueusement accrocheuse. En général, ces mélodies sont d'ailleurs tellement entraînantes qu'on se surprend à remettre la plage pour se resservir une petite rasade de riffs bien gras. Comme je l'ai dit plus haut, cet opus est quasi-inclassable: les références sont indubitablement là, mais Fifty One's les assemble et les désassemble à merveille: entre riffs de guitares empruntées au néo et au heavy rock ("Stop! You Now!", "Alien Nation", "Evil Fakes And Stupids", "Preacher [On TV]"), basse qui vrombit ardemment, mélodies tubesques, voire popesques et samples très bien disséminés dans quasiment chaque morceau ("My Mind Is Gone"), chaque offrande du disque est de bonne qualité, enrobée d'une production puissante, assez assimilable à ce que propose Breakpoint en ce qui concerne les guitares. Serait-ce là le nouveau son français?

L'album en lui-même est un mini concept-album basé sur le thème extraterrestre: pas bien nouveau, ça (Hypocrisy en est le chef de file auto-proclamé), mais il illustre très bien l'état d'esprit gentiment déjanté du groupe, qui n'hésite pas à jouer avec les clichés, aussi bien musicaux que textuels. Bon, le groupe a choisi de chanter en Anglais, sauf sur quelques passages ("Preacher [On TV]"), mais l'ensemble est tellement couillu qu'on passe aisément sur quelques minimes fautes de goût (durée bien trop courte, y compris les quelques remplissages que sont "Illusions", la reprise de "Jesus" d'Aston Villa, franchement dispensables...).

On ne pourra au moins pas reprocher l'éclectisme de Fifty One's qui ne borne pas à un style bien fixe. Parfois très sérieux et lourd, parfois très dixième degré (le sample d'intro de "Evil Fakes...", très Mars Attacks! et la reprise complètement barge du célèbre "Help" des Beatles, figurant en bonus track de l'album), cet album des Français de Fifty One's est à classer parmi les disques qui ne sacrifient rien au Saint Headbanging, pas ennuyeux pour un sou, pas très profond non plus, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande en premier lieu... Et c'est que ça en fait du bien, de temps en temps!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5