1013

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Burton C. Bell
(chant)

-Dino Cazares
(guitare)

-Christian Olde Wolbers
(basse)

-Raymond Herrera
(batterie)

TRACKLIST

1)Remanufacture (Demanufacture)
2)National Panel Beating (Body Hammer)
3)Genetic Blueprint (New Breed)
4)Faithless (Zero Signal)
5)Bionic Chronic
6)Cloning Technology (Replica)
7)Burn (Flashpoint)
8)T-1000 (H-K)
9)Machines Of Hate (Self Bias Resistor)
10)21st Century Jesus (Pisschrist)
11)Bound For Forgiveness (A Therapy For Pain)
12)Refinery
13)Remanufacture (Edited Version)

DISCOGRAPHIE


Fear Factory - Remanufacture
(1997) - néo metal indus Cyber-metal - Label : Roadrunner Records



Le public metalleux est par moments assez dur à comprendre et en même temps terriblement prévisible. Demanufacture fut accueilli à juste titre comme l'un des meilleurs albums de metal de la dernière décennie, Obsolete fut acclamé pour son mélange de groove et de metal extrême particulièrement réussi, et ce n'est que justice. Mais entre ces deux opus, il y en a eu un autre qui fut rejeté presque unanimement par la critique, rangé au rang des «arnaques commerciales», «récupérations honteuses» et autres «albums à oublier». Foutaises que toutes ces affirmations, tristes preuves que les fans de metal (qu'ils soient chroniqueurs professionnels, amateurs ou juste auditeurs) méritent parfois bien les clichés d'intolérance primaire qu'on leur attribue.

Fear Factory a toujours aimé esquisser ses meilleures réussites, et tout comme la formule imparable de Demanufacture fut expérimentée sur Soul Of A New Machine, le projet Remanufacture a mûri sur l'EP de remixes paru en 1993, Fear Is The Mindkiller. Ce dernier est encore aujourd'hui cité comme référence en matière de fusion entre metal extrême et techno agressive, ce qui ne peut qu'accroître l'incompréhension quant à l'accueil réservé à l'album dont il est question dans cette chronique. C'est le même Rhys Fulber (leader de Frontline Assembly et collaborateur de longue date du groupe) le responsable de la transmutation des titres sur Fear Is The Mindkiller qui se charge de réarranger les titres, secondé par le Hollandais Junkie XL (vous savez, celui qui a pondu le remis tubesque d'Elvis ayant squatté les ondes radio il y a deux ans), ainsi que Kingsize et DJ Dano.

Et force est de constater que Rhys n'a pas perdu la patte qui fait de lui un excellent remixeur et que Junkie XL était bien doué avant de se faire connaître du grand public, et toute personne affirmant que les reprises figurant sur cet album sont "sans intérêt" n'a jamais posé une oreille dessus ou fait preuve d'une mauvaise foi incommensurable. Certes la manière dont les titres ont été retravaillés fait perdre l'atmosphère glaciale présente sur l'original, mais ne voir en cet album qu'un «Demanufacture en plus électronique» est une grossière erreur. Parfois sous-titré "Cloning Technology", Remanufacture montre l'art qu'ont les musiques électroniques pour faire du neuf avec du vieux.

Le contraste entre passages agressifs et mélodiques du titre "Demanufacture" se retrouve accentué sur "Remanufacture", mettant bien plus en avant les samples originaux sur fond de beat drum'n'bass. "Body Hammer" est métamorphosé par des paroles différentes, une ambiance bien plus calme et l'utilisation du petit passage de piano originellement présent à la fin de "Zero Signal" en guise de leitmotiv. "New Breed" devient aussi plus sage dans sa version Genetic Blueprint avec le mythique «haa!» d'introduction de "Replica" en guise de special guest. Le hargneux "Pisschrist" se transforme en "21st Century Jesus", un morceau de trance planant pour mieux assurer la transition vers l'atmosphérique "Bound For Forgivness (A Therapy For Pain)". Etcetera, etcetera. A noter aussi le petit clin d'œil fait à d'autres pionniers en matière de cross-over Anthrax et Public Enemy, le sample de "Bring the Noise" sur "Burn (Flashpoint)".

Alors certes tout n'est pas parfait, on notera en particulier que les big beats utilisés sur une partie des morceaux ont un peu tendance à se ressembler ou que la reprise du gros tube "Replica" est assez quelconque, ainsi que l'absence de matériel complètement "neuf" (hormis l'interlude dispensable "Bionic Chronic" et le purement industriel "Refinery") mais dans sa globalité Remanufacture correspond tout à fait à la description qui en est faite dans le livret: «Each track presented is a remanufactured by-product of its original predecessor. Each designed for a specific function in the investigation of truth, and struggle for a non conformist world». De belles paroles pour faire passer un sous-produit réchauffé et inintéressant? Sûrement pas. Dans unes de leurs interviews, à la question demandant quel est le titre le plus représentatif de Fear Factory, la réponse fut "Self Bias Resistor". Ce morceau contient une phrase qui fut même transformée en logo de T-shirt à la sortie de Remanufacture:

«Open minds will dominate».


Alors puissiez-vous faire preuve d'un peu d'ouverture d'esprit en abordant cet album atypique, qui fait toujours office de maître-étalon en matière d'albums de remix. Du moins d'après le très humble avis de votre non moins humble serviteur, groupie indécrottable de ce groupe génial et fier de l'être.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5