1009

CHRONIQUE PAR ...

18
[MäelströM]
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Bob Catley
(chant)

-Vince O’Regan
(guitare)

-Irvin Parratt
(claviers)

-Al Barrow
(basse)

-Jamie Little
(batterie)

TRACKLIST

1)Heart Of Stone
2)Moment Of Truth
3)In The Name Of The Cause
4)Blinded By A Lie
5)Last Snows Of Winter
6)Spirit Of Man
7)The Fire Within Me
8)Judgement Day
9)Lost To The Night
10)Beautiful Mind
11)Walk On Water
12)End Of The Story

DISCOGRAPHIE

Spirit Of Man (2006)

Catley, Bob - Spirit Of Man
(2006) - hard FM - Label : Frontiers Records



« Oh, Bob Catley! Je pensais qu’il était mort. – Abruti, va. Magnum continue, donc Bob est toujours vivant. » Et en effet, vu la voix projetée par vos enceintes quand vous écouterez ce disque, pas de doutes: Catley est toujours vivant. Vous voulez un scoop? Il est même capable d’écrire de bons morceaux. Abordant son cinquième album en solo, mister Bob secoue ce qui lui reste de forme et délivre au monde un album chamarré qui tient relativement la route, même si le FM rend caduque l’exercice de style. Le cul entre deux chaînes, tantôt niais et pleurnichant, tantôt agressif et violent. Bref: mi-figue mi-surin.

L’opposition est auditivement palpable sur tout l’album. Les morceaux epiques ("In The Name Of The Cause", "Spirit Of Man") affrontent les ballades convenues ("Judgement Day", "Beautiful Mind"). Une chose est certaine, Catley se débrouille de toute manière bien mieux sur les morceaux énergiques, quitte à ce qu’ils soient pompeux; ses tentatives émotives et sentimentales réussissent à faire pleurer, mais pas pour la bonne raison… Ayant renforcé le côté mélodique des guitares (avec le soutien de Dave Thompson), c’est avant tout un bon vieil album sauce 80, tout est misé sur les guitares en saturation et la voix. Et dans ce cas, il faut reconnaître que les musiciens sont largement à la hauteur.

"Heart Of Stone" qui ouvre l’album est son meilleur représentant, et je suis bien déçu que le reste ne soit pas à la hauteur, car ce titre est une consécration ultime pour Catley. Débutant en world, passant l’enchaînement en rythme péchu sur guitares aériennes, superlatifs obsolètes, mister Bob livre la meilleure interprétation vocale du disque (Chris Cornell doit pleurer en entendant ça). "Spirit Of Man" est également très inspiré dans les guitares, même si je ne comprendrai jamais pourquoi ils ont clôt le titre avec une envolée de twin guitars… Attendu comme un solo de fou, le groupe saborde sa meilleure montée en puissance! Mystère du hard-FM…

Comme je le disais précédemment, le reste du disque est moins glorieux… Certains morceaux arrivent à encore à faire passer la pilule énergiquement ("The Fire Within Me", "In The Name Of The Cause") à grand renforts de disto’ et de lyrisme; d’autres par contre donnent envie de s’enterrer tellement le FM prend le pas sur le Hard. "Moment Of Truth" ou "Blinded By A Lie" (et ses claviers horripilants) pour ne citer qu’eux, sont des exemples parfaits de morceaux foirés. Passons également sur les similitudes trop forcées, comme sur "Fire Within Me" et "Lost To The Night". J’espère que l’alternance super-morceau/foirage-total ne vous dérange pas, car vous risquez de vous irriter rapidement, sinon.


Tout n’est évidemment pas parfait sur cet opus, mais les inconditionnels de hard (et de Magnum) sauront apprécier à juste titre la voix de mister Bob, rayonnante autant dans la puissance que la justesse. Il est vraiment dommage que le disque dans sa totalité soit entaché par de nombreux morceaux faibles (voire très faibles), car le suprême "Heart Of Stone" et le joli decrescendo d’"End Of The Story" forment une boucle plus qu’alléchante. Si le plat eut été aussi appétissant que l’entrée et le dessert, nul doute que ce skeud aurait fait date. « Ce sera pour une prochaine fois, Bob! »


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1